Archive for mai 2010

LE GOUVERNEMENT D'ISRAEL MONTRE UNE NOUVELLE FOIS SON VRAI VISAGE : HAINE ET VIOLENCE

Le gouvernement israélien se livre une nouvelle fois à un massacre en règle.

 

Le gouvernement israélien montre une nouvelle fois son vrai visage, fait de violence et de haine.

Pendant que les dirigeants israéliens parlent de paix tous azimuts dans leurs bureaux et à l’étranger, ils envoient leur armée tuer des innocents. On l’a vu à Gaza, et on l’a encore vu hier soir, quand ils ont violemment pris d’assaut un bateau humanitaire parti de Chypre et qui tentait de briser le blocus illégitime sur Gaza.

Au moins 10 personnes ont péri sous les balles israéliennes. 10 personnes au moins qui ne voulaient qu’une chose, aider les gazaouis à survivre. Donner l’assaut ne pouvait que laisser augurer de telles atrocités.

Évidemment, Israël tentera de se justifier, mais l’impunité totale dont jouit cet État n’a que trop duré et est une insulte pour toutes celles et ceux qui se battent pour la liberté et le respect des Droits fondamentaux.

J’exige que le gouvernement français condamne avec la plus grande fermeté cet acte de sauvagerie perpétré par le gouvernement israélien et réaffirme mon entière solidarité avec la lutte légitime du peuple palestinien colonisé.

UNE JOURNEE DE GREVE POUR QUOI FAIRE ?

Je suis gréviste, évidemment. Mais plus les journées de mobilisation passent, plus il faut reconnaitre que pour le moins, ce mode d’action est à interroger.
Ce que nous avons en face, ce n’est pas un gouvernement. C’est un bulldozer, qui a décidé, quoiqu’il arrive de détruire tout ce que ce pays a de social.

Alors face à ce bulldozer, il faut plus qu’une journée de grève. Les métros roulent, les trains aussi, et les médias en profitent pour diviser, "si ça roule c’est que les régimes spéciaux ne sont pas concernés";

Il faut donc vraiment entendre la base. Il faut, pour un vrai rapport de force, que ce pays soit véritablement bloque. Que Sarkozy vive ce qu’a vécu Juppé en son temps.
Les petites manifs fatiguent jusqu’au plus motivés et militants. Il faut faire reculer net le gouvernement et seule une grève interprofessionnelle et reconductible permettra de peser.
La grève générale ne se décrète pas, mais elle se prépare.

Au-délà des retraites, ce sont les services publics, l’emploi, le logement, tout ce qui fait le vivre ensemble qui est remis en cause. Il faut une réaction à la hauteur.

L'agonie du service public postal, prélude à sa privatisation totale

Le syndicat SUD PTT 93 interpelle à juste titre les usagers et les élus sur le sort que réserve l’État – actionnaire unique – à La Poste.

On sait que les activités courrier sont devenues moins rentables et que la commission européenne, donc les pays européens, donc la France, ont ouvert ce secteur juteux aux opérateurs privés au nom de la sacro sainte concurrence libre…

En attendant le service public postal à Saint-Denis et dans les quartiers populaires c’est :

– du courrier non distribué et directement avisé alors que le prix du service facturé à l’usager est le même qu’à Neuilly-sur-Seine.

– des guichets trop souvent vides et des bureaux en sous effectif

– des tentatives de fermeture de bureaux, comme dans le quartier Floréal dont les habitants ont mis en échec la direction libérale de La Poste.

L’État actionnaire réduit les moyens alors que les besoins sont en hausse et que La Poste joue un rôle prépondérant de cohésion sociale dans nos quartiers, notamment en tant qu’établissement financier pour de nombreuses familles populaires.

La Poste doit se recentrer sur ses missions, et cesser son processus de marchandisation. La Poste, La Banque Postale appartiennent au peuple, à tout le peuple.

Je soutiens tous les usagers, agents syndiqués ou non et les élus qui luttent pour le maintien et le développement de ce service public essentiel.

LA ROMANCE ENTRE LE SEDIF ET VEOLIA CONTINUE….

La machine à cash de Véolia, j’ai nomme le SEDIF, s’apprête donc à rempiler pour 12 ans auprès de son cher et tendre. 12 ans de gestion saine et harmonieuse, comme en témoignent les surfacturations avérée d’au moins 40 millions d’euros annuels.

Le peuple francilien paiera le prix de cette félonie. Pour ma part, je ne laisserai pas le peuple dionysien à la merci du système Santini, système que d’autres ont appris à épouser.

Je ne laisserai pas la multinationale Véolia, qui je le rappelle se livre à des pratiques criminelles dans les pays du Sud (Amérique Latine, Afrique…) continuer de prospérer sur notre dos.

Je ne laisserai pas des actionnaires sans foi ni loi, spéculer au détriment de ce bien commun de l’Humanité.

Au nom du mandat que m’a confié la population dionysienne, je me battrai sans relâche pour une gestion publique, démocratique, écologique et socialement responsable de cette ressource indispensable à la vie.

J’exige en outre que le vote à mains levées soit le mode d’expression utilisé par les élus, seule façon de respecter les usagers, et le peuple.