Archive for novembre 2010

UN APPEL AUX ELUS ET ASSOCIATIONS POUR MAINTENIR LA PRESSION SUR LES ELUS DE EST ENSEMBLE

Oui, ils sont fébriles ! Et il y a de quoi. Bertrand KERN, mais aussi Corinne VALLS, Gilbert ROGER et d’autres…. pensaient pouvoir voter tranquillement l’adhésion au SEDIF, en posant leur postérieur sur les revendications légitimes et grandisssantes pour une gestion publique de l’eau.

Donc le vote n’a pas eu lieu, car de nombreux citoyens et élus s’y sont opposés.

Mais la majorité PS-PC n’a pas renoncé à voter l’adhésion au SEDIF main dans la main avec l’UMP.

Etant donné que cette alliance contre nature est inacceptable, il faut continuer à mettre ces élus devant leurs responsabilités, en les interpellant par tous les moyens possibles.

Un appel avait été lancé et il est toujours d’actualité tant que rien n’est voté, faites circuler auprès des associations et des élus que vous connaissez, on lâche rien !

Lisez l’appel ICI.

A ROMAINVILLE CE MARDI SOIR IL Y AVAIT UNE VALLS HESITATION ENTRE REGIE ET DELEGATION ET PUIS …. PLOUF !

On savait que la soirée serait tendue à Romainville, mais Bertrand KERN ne pensait pas devoir annoncer le report de la séance.

En effet, plusieurs militants pour une eau publique ont tout fait pour que le vote n’ait pas lieu. Pourquoi ? Parce-que majoritairement, PS, PC et UMP allaient donner le baiser de la mort à Veolia.

Oui, amis lecteurs, et amies lectrices, vous m’avez bien lu : on peut apparemment être de gauche et dire que privatiser la gestion de l’eau, finalement, c’est pas grave.

Moi je le dis tout net : ne pas s’opposer frontalement à la délégation de service public de l’eau est plus que suspect.
Surtout quand les élus qui adoubent Veolia et Santini ont pris par le passé des positions radicalement différentes ou bien lorsque leurs appareils politiques respectifs ont écrit noir sur blanc que la gestion publique était le seul mode de gestion souhaitable.

Bref, c’est encore trop trouble cette histoire de gestion déléguée, ce qui l’est moi ce sont les millions d’euros qui se jouent…..

Quoi qu’il en soit, on ne lâchera rien, et le report est une victoire, infime soit-elle.

La régie, partout et pour tous ! Et tout de suite !

QUAND BARTOLONE FAIT LE BONHEUR DES BETONNEURS

Ainsi donc la gauche au CG 93 passe, mais ne se ressemble pas. Outre que je suis convaincu que l’immense majorité des socialistes pense à droite, Bartolone est un think tank libéral à lui tout seul.

Il a défait une partie de ce que les communistes ont mis en place : aide à l’achat d’un ordinateur pour les collégiens, remboursement de la carte Imagine’r à hauteur de 50 %… Bref des éléments qui faisaient qu’il y avait une différence entre une gestion progressiste et une bonne vieille gestion de droite.

Bartolone s’en tape que les familles trinquent à cause de ses décisions empreintes de mépris. Lui, ce qu’il veut c’est être ministre dans un gouvernement Aubry ou DSK, et pour ça il doit faire preuve de realpolitik.

Donc ils sabrent comme ils peuvent dans le social, pour le plus grand bonheur des réacs départementaux. Et peu importe l’avis des élus communistes et partenaires de cette assemblée, quand Bartolone dit, faut faire, quite à voter un dimanche matin, à l’arrache.

Ce qu’il a voté ? Le plus grand projet de construction et de rénovation de collèges jamais réalisé en France. Tout cela, via un Partenariat Public Privé, ces techniques que Bartolone emprunte à la droite la plus réactionnaire et libérale qui soit : celle te Thatcher, qui les les mit en place avant que Blair, le "socialiste" anglais, ne les confirme.

Grâce à Bartolone, les actions des bétonneurs français vont bien se porter.

Le pire, c’est que la Commission Départementale s’est opposée à ce projet, in fine plus couteux qu’une construction dite classique, et par 22 voix contre 4. Lisez ce document éclairant de la FSU.

Mais Bartolone n’aime pas la démocratie, s’assoit dessus et vote en catimini, sans les communistes !

A l’heure où la moitié des sièges est à renouveler en mars prochain, il faut que tout le monde sache que le CG est géré à droite !

Encore une fois, la Centrale Fait Dans la Trahison de classe…..

Comme beaucoup d’autres, j’ai systématiquement fait grève lors des journées d’actions. Outre mon désaccord sur des journées de grève parsemées, peu enclines à mon sens à instaurer un rapport de force, l’on sentait poindre depuis le début les fameuses "divergences".

L’intersyndicale n’était que de façade. Tous ne demandaient pas le retrait du projet par exemple, seules FO et SUD ont exprimé leur rejet. Pas même la CGT dont je suis, n’a demandé le retrait pur et simple de cette loi scélérate. Et ce, malgré les demandes répétées de la "base".

Il est vrai que l’on a atteint un niveau de mobilisation exceptionnel, tous métiers confondus, toutes générations confondus, public privé dans la rue.

Etudiants et lycées sont venus fort justement renforcer le mouvement.

Les ports et les raffineries ont été à juste titre paralysées. Les transports fortement perturbés.

La responsabilité des syndicats était alors de taille : faire en sorte que ce mouvement, malgré les calculs du gouvernement, ne "s’essouffle" pas.

Il fallait se battre contre le gouvernement, mais aussi contre la grande majorité des médias aux ordres du pouvoir.

J’ai sur un site de réseau social connu alerté sur un éventuel maillon faible dans cette trop parfaite harmonie syndicale.

Le fait que ce soit la CFDT qui après la CFE-CGC annonce que la mobilisation doit changer n’est pour moi que la confirmation d’un état des choses. La CFDT, comme le PS en politique, à renoncé à aller jusqu’au bout pour améliorer le sort des salariés.

Comme en 2003, la CFDT se distingue.

La loi est votée, non promulguée, mais Chérèque s’en fout. Et peu importe que des centaines de milliers de salariés soient écœurés après tant de mobilisation et de sacrifices (famille, salaire….).

C’est à vous dégoûter de l’action syndicale, d’autant que la prochaine journée d’action est programmée après la promulgation. Les syndicats ont donc renoncé à faire pression ?

On ne peut pas dire aux salaries, et Didier Le Reste l’a dit, que leur mobilisation a été vaine, qu’ils se sont battus pour rien, à part pour faire rire le gouvernement et cet empaffé de Sarko.

Alors, encore une fois, ce gâchis, comme l’a rappelé Mailly, a de quoi énerver.

Si la grève générale ne se proclame pas, elle se prépare !

GESTION DE L'EAU EN ILE DE FRANCE : CIRCULEZ, VEOLIA RIEN A VOIR…

Vous savez à quel point je suis fatigué de devoir à chaque fois dénoncer les errements de certains "camarades" sur la question de l’eau. Comme si se battre contre la droite ne suffisait pas, on doit maintenant, se battre contre nos prétendus alliés.

On l’a vu au SEDIF, je ne me répète pas, je vous invite à relire pour ceux qui voudraient se remémorer ces épiques épisodes :

LIRE CECI

CELA

ET PUIS ENCORE CELA

Donc, après que la gauche dans son écrasante majorité, ait décidé de signer un chèque en blanc à Santini, et à Véolia, voilà qu’à Est Ensemble, nos "camarades" semblent tout disposés à faire de même.

Gilbert ROGER, Maire de Bondy et 1er VP du CG 93 (ce département où on réduit l’accès à la carte Imagin’r et où on sucre les ordis des collégiens) nous fait la leçon en livrant sur son blog "son opinion".

Outre que c’est super mal écrit, il nous endort avec des arguments que ne renierait pas l’UMP. Donc on a droit à du "c’est compliqué", du "ça va nous coûter cher", du "eau de Paris, pas confiance", ou encore du "attendons de voir prenons le temps". Mais jamais de politique. Jamais !

En même temps, le PS, c’est de plus en plus le parti du renoncement, alors quand on est de droite sur les retraites, pourquoi être de gauche en matière de services publics ? Hein ? Je vous l’demande !

Donc, l’idée, vu que faut prendre son temps, ben c’est de ré adhérer au SEDIF, en attendant de voir ce qu’il se passe, et une fois l’adhésion faite, ben on verra rien venir, c’est évident.

Alors, chers camarades, il va falloir expliquer à vos concitoyens, que le SEDIF a transformé en "clients" -le mot "usagers" étant proscrit, ça fait trop soviétique- que vous renoncez à faire de la politique.

Expliquez leur que ce qui est possible à Grenoble, Rouen, Besançon, Castres, Viry Chatillon…….. n’est pas possible en Ile de France.

On se demande bien ce qui pousse nos camarades socialistes et communistes à épouser les thèses de Santini.

Ce qui est sûr, c’est qu’on lâchera rien, et que si la "gauche" capitule à Est Ensemble, elle devra rendre des comptes