Archive for décembre 2010

Lettre ouverte à Martine AUBRY, Première secrétaire du Parti Socialiste

Voici la lettre ouverte que je viens d’envoyer à Martine AUBRY.

Bonne lecture, et n’hésitez pas à commenter.

Votre serviteur

La Médaille de la famille française remise à Suresnes rappelle étrangement la prime à la naissance version Vitrolle franco-facho…..

On sait que les passerelles entre la droite dite républicaine et la droite la plus extrême et la plus raciste sont plus que nombreuses. Nombreux sont d’ailleurs les élus UMP qui appellent à des alliances stratégiques avec le parti de la haine de l’autre.

Sans compter le philosophe  de comptoir Luc FERRY, qui affirme préférer LE PEN à BESANCENOT…

Donc les convergences idéologiques sont bel et bien là.

Ensuite, tout est question de pratique. Et la ville de Suresnes, dont le maire est un ami connu de PASQUA, qui s’est distingué pour son amour immodéré pour autrui, surtout l’autrui étranger, semble servir de laboratoire pour les expériences les plus droitières et discriminatoires.

La médaille de la famille française connait par exemple une adaptation plus que limite, singulière, et complètement droitière.

Rappel du principe, disponible ici en ligne. Le public concerné est :

Les pères et mères de famille qui :

  • ont élevé au moins 4 enfants,

  • dont tous les enfants sont français,

  • et qui, par leurs soins attentifs et leur dévouement, ont fait un constant effort pour élever leurs enfants dans les meilleures conditions matérielles et morales.

A Suresnes, qui à ma connaissance se trouve en France, et qui est donc une collectivité soumise aux principes républicains de base, voici les règles disponibles en ligne ici :

La médaille de la famille est une distinction honorifique décernée aux personnes qui élèvent ou qui ont élevé de nombreux enfants, afin de rendre hommage à leurs mérites.

Conditions d’obtention  :

– être marié(e) ou veuf(ve)
– l’un ou l’autre des parents et tous les enfants doivent être français
– élever ou avoir élevé au minimum 4 enfants, dont les 2 aînés sont âgés de 12 ans au moins

On remarquera la grande subtilité de la droite "républicaine" : un des parents doit être français. Alors que sur le site de l’administration française, aucune mention n’est faite de la nationalité des parents, d’ailleurs cette médaille s’appelle "médaille de la famille" tout court !

Ceci n’est pas sans rappeler la préférence nationale, celle que les MEGRET ont essayé de mettre en place, même si le maire nous dira qu’il n’est pas contre les mariages mixtes et que dans sa grande ouverture d’esprit, il tolère qu’un des parents soit étranger…  Il est aussi ouvert envers les sans papiers ?

Ce qui me révulse dans cette histoire, c’est qu’on laisse entendre que toutes les familles dont les deux parents ne sont pas français, sont des "sous familles" avec forcément moins de mérite.

Ce type de différenciation oppose fatalement les citoyens français aux autres et caractérise à mes yeux une mesure discriminatoire à l’encontre des citoyens étrangers de ce pays.

A lire les conditions, la Déclaration universelle des Droits de l’Homme serait caduque, car seul le fait d’être franàais, au moins pour l’un des deux parents, permettrait d’accéder à l’excellence et au mérite….

Donc la citoyenneté française représenterait l’alpha et l’oméga d’une bonne intégration…

Par ailleurs, imposer de telles conditions d’accès; dans une ville à l’histoire ouvrière, où résident encore de nombreuses familles populaires, souvent étrangères, est une provocation. Quand on connait cette ville, on sait trop que le maire UMP Christian DUPUY adorerait se débarrasser de tout un pan de ses habitants, comme en témoignent son goût très modéré pour le logement social et le niveau de vie clairement indécent qu’il s’est efforcé de faire grimper au fil de ses mandats.

Ce concours fait donc vivre le principe de citoyens de seconde zone, de parents de deuxième choix, car pas français.

Il faut rester vigilants, dénoncer cette pratique, et veiller à ce que la droite n’embrasse pas les thèses les plus racistes avec autant de facilité.

Ville de Thiais : zone de non-droits pour les étrangers……

Ainsi, dans la ville de Thiais, qui ne se distingue pas par ses politiques progressistes, notamment en matière de logement social, il est arrivé ce qu’il arrive malheureusement trop souvent : un refus de scolarisation.

Les victimes ? Giannely et Audry PASHI, respectivement 4 et 3 ans. Le Député Maire Richard DELL AGNOLA a refusé de scolariser ces enfants qui demeurent pourtant dans sa ville.

Outre que c’est illégal, il a fait preuve du plus grand mépris envers cette famille, comme en témoigne le courrier que lui a envoyé RESF. Un mépris que cet édile doit probablement afficher pour tous les sans : papiers, logement….

Un élu comme d’autres à droite qui chasse sur les terres nauséabondes de l’extrême droite.

Je passe sur les demandes de justification de revenus, de domiciles….. La même nausée nous reprendrait.

Monsieur Richard DELL AGNOLA pensait  peut être qu’après avoir dit aux époux PASHI qu’il recevait : « Sortez de mon bureau. Vous êtes venus squatter mon  bureau. J’appelle la police », ces derniers en seraient restés là.

Mais ces derniers ont eu le courage de ne pas laisser passer ce déni de droit et de justice, car comme le rappelle RESF, la scolarisation est un Droit et ne saurait souffrir d’aucune restriction, ici basée sur une discrimination patente !

A l’heure où Monsieur DELL AGNOLA dépose une proposition de loi pour le Droit à l’eau pour tous, il serait bon qu’il applique dans sa ville, le droit à la scolarité et à l’éducation pour tous.

La gauche prend l'eau à Est Ensemble

Ainsi donc, l’alliance objective majoritaire PS-PC-UMP-MODEM a offert Est Ensemble sur un plateau au SEDIF.

Veolia se frotte les mains et s’apprête donc à récupérer très officiellement les 400 000 clients de la plus grosse agglo d’Ile de France (10% des clients du contrat).

Malgré cette confirmation pour Veolia que la privatisation de la gestion de l’eau séduit au-delà de la droite acquise à toute sortes de délégations de services publics, la gauche a bel et bien perdu, et l’a fait collectivement.

Seule la droite a su faire preuve de cohérence : pour eux gérer en régie est une hérésie.
La gauche, elle a manqué de courage politique. Toute la gauche ? Pas tout à fait. Petit flashback.

C’est la gauche dite d’appareil qui a fourni la plus minable des positions et la plus indéfendables des justifications. C’était déjà le cas lors du vote sur le nouveau contrat du SEDIF, où d’une part des voix de gauche sont allées gonfler celles de droite grâce au vote à bulletin secret honteux, mais aussi lors du vote sur le délégataire, où la gauche a fait fort en s’abstenant, et pour une partie même, s’abstenant positivement.

Hier soir, à Est Ensemble, ce fut un pâle remake de ‘la gauche renonce à être de gauche ».
A tel point que lorsque des élus de gauche se sont exprimés, notamment Catherine PEYGE et Gilbert ROGER, des noms d’oiseaux ont fusé (vendus, traîtres..) ce qui en dit long sur l’image de ces partis, dont l’un aspire à gouverner partout.

Pour les avoir écoutés, je dois avouer que j’en suis resté béat. Faire un plaidoyer, la main sur le cœur, en jurant que le service public est essentiel et que sa gestion doit être dégagée de toute considération financière liée au profit, est très émouvant.

Là où l’émotion atteint ses limites, c’est quand la gauche prend des arguments de droite : « il y a des considérations techniques, il faut réfléchir, on pourrait nous couper l’eau si on n’adhérait pas de suite, etc…. ». Tout ce que l’on a déjà entendu il y a quelques mois, de la bouche des mêmes organisations pour nous expliquer que la régie, ben « faut voir ».

Ce qui est sûr, c’est que les usagers, que le SEDIF et Veolia continueront de considérer comme des vaches à eau, ne sont pas dupes. Ils sentent bien que ce ne sont pas des considérations politiques qui ont guidé à ces choix.

Et tout cela, un jour, je le souhaite, se paiera. La schizophrénie, comme le ridicule, peut tuer.

Je tiens à remercier de leur courage, étant donné les pressions exercées par le PS et le PC, tous les élus qui se sont opposés à la ré adhésion pour se donner sérieusement le temps de réfléchir à un scénario alternatif à un enfermement de 12 ans. Ils se reconnaîtront, du Maire de Bagnolet, à la Maire de Montreuil.

Mes fraternelles amitiés à celles et ceux, élus du PS et du PC qui ont su, eux être cohérents, et fidèles à leurs convictions.

Nous n’oublierons, rien, jamais.