Archive for novembre 2012

Le vote à l’ONU salué par les Palestiniens, décrié par certains…

Ce billet fait un peu écho à celui que j’avais écrit pour dénoncer ce que Pascal Boniface appelle les « intellectuels faussaires », mais je vous l’accorde à un tout autre niveau. Il s’agirait plutôt ici de pseudo-connaisseurs de la Palestine dont le sur-dimensionnement de l’égo laisse forcement perplexe.

Hier, donc, la Palestine a accédé au statut d’Etat non-membre à l’ONU.

Au grand désarroi des Etats-Unis et d’Israël, ce qui en soi devrait suffire à notre joie.

Cette joie, c’est d’abord celle des Palestiniens, en liesse, dans toute la Palestine, en Cisjordanie et à Gaza.

Le Hamas lui-même considère que c’est victoire politique majeure.

Eux, vivent là-bas, et subissent, jour après jour les conséquences de l’occupation quand ils ne se font pas bombarder.

Nous devrions donc nous réjouir pour eux, car les réactions sont très majoritairement acquises à cette décision.

C’est sans compter sur ceux qu’on appelle les Palestiniens de circonstance, qui ne sont pas Palestiniens, mais qui de leur clavier nous disent que ce vote ne sert à rien, que ça ne fera rien changer, qu’il faut se cantonner à faire l’éloge des résistants et seulement l’éloge des résistants.

Que La Palestine puisse enfin s’appeler Etat, est donc pour eux insignifiant.

Tout comme le sont les pressions jusqu’au dernier moment, afin que de plus nombreux pays s’opposent à cette résolution.

La vérité est celle-ci : beaucoup ne servent pas la cause mais se servent de la cause.

Aussi, ils vivent leurs fantasmes par Palestine occupée interposée. Ils règlent des comptes, qui avec telle faction qui avec telle organisation.

Ils sont plus Palestiniens que les Palestiniens, avec l’indécence que leur situation confortable sous-tend, à savoir que eux ne sont pas sous le joug de l’occupant.

Ils ont bien évidemment le droit d’exprimer ces réserves et de délégitimer les positions des Palestiniens eux-mêmes.

J’ai juste envie de leur dire que leur crédibilité en serait grandie s’ils le faisaient de là-bas, avec celles et ceux qu’ils prétendent défendre, sans jamais défendre leurs positions.

Palestine Jour J

Nous y sommes. Ce jour l’autorité palestinienne va déposer sa résolution qui permettra à la Palestine d’être enfin prise un peu plus au sérieux.

On jugera aussi sur pièces le courage des Nations du monde dit libre qui quand il s’agit de contribuer à la libération de peuple de Palestine préfèrent se mettre du côté de la puissance occupante.

Quoi qu’il arrive on est là, on lâche rien, le combat continue. Inchallah.

Oui le billet est court mais c’est la qualité pas la quantité. Genre …

Palestine J-1. Donner des leçons sans prendre position

Certes, ce n’est pas propre à la question palestinienne. Mais je dois avouer que parler de la Palestine sans admettre que finalement, la clé se trouve côté israélien relève au mieux de la naïveté  au pire d’une volonté délibérée de travestir la réalité.

Je m’explique. La seconde agression militaire à Gaza a permis à tous les faux-cul de nous asséner ce discours consensuel visant à faire des Palestiniens, non pas des victimes de l’occupant israélien, mais bien des co-responsables du déluge de feu qui s’abattait sur eux.

Ce discours voulait également, en substance, signifier  que le blocus, les colonies, les check-points, les humiliations, tout ce qui rend la vie des Palestiniens impossible, était aussi de leur responsabilité.

Dans le jargon militant, on appelle ça la théorie de la symétrie. Cette théorie foireuse revient à énoncer cette assertion non moins foireuse : il y a deux parties en présence, les torts sont forcément partagés.

Cette théorie simpliste peut, pour les personnes mal informées, apparaître comme logique.

Elle fait juste l’impasse sur l’essentiel. Gaza n’est pas un Etat, pas plus que la Cisjordanie.

De ce fait, il n’y a pas d’armée palestinienne. Il est même prévu dans le cadre des accords que l’Etat palestinien soit démilitarisé, aux côtés de la 4ème puissance militaire.

On balaie aussi d’un revers de main les nombreuses résolutions de l’ONU non respectées par Israël.

Oublié, le mur de la honte déclaré illégal par la Cour Internationale de Justice.

Enterré, le rapport Goldstone, accusant Israël de crimes de guerre à Gaza lors de l’opération Plomb durci, même si l’auteur du rapport à du quelque peu revenir sur ses conclusions.

Les médias, mais surtout les « connaisseurs » autoproclamés, ont la fâcheuse tendance de décrire une situation qu’ils aiment à fantasmer, sans jamais prendre position clairement.

Ces postures de salon, visent à ne pas les couper de potentiels réseaux et amitiés, qui professionnellement, on ne sait jamais, pourraient s’avérer utiles.

Prétendre servir la cause, pour mieux se servir.

Comment ne pas dire que la situation actuelle perdure à la grâce de gouvernements israéliens qui, bien que différents, avaient comme seul objectif de ne pas faire la paix, et donc de refuser toute perspective d’Etat palestinien.

Comment ne pas dire que plus les Palestiniens négociaient, plus les colonies avançaient sous les yeux complices de la communauté internationale.

Comment ne pas dire que l’impunité dont jouit Israël est un cas unique au monde, et que celle-ci n’a que trop duré.

Comment ne pas dire que taire la critique et prendre fait et cause pour Israël, de manière aussi aveugle et éhontée, alimente la judéophobie.

Oui, s’en tenir à des considérations purement factuelles, sans pointer la responsabilité criante de l’occupant revient à banaliser l’occupation, pire à la légitimer.

Demain, la Palestine entrera probablement dans la cour des Grands, mais rien ne sera gagné pour autant.

Palestine J-2. La France dira oui à la Palestine

Tout va très vite, je joins ç la fin de l’article aussi la question posée par le Député François Asensi, suite à laquelle Laurent Fabius a donné la position française.

 

Devant l’inaction des grands du monde, devant l’impunité grandissante de l’Etat israélien qui vient une fois de plus de se livrer à une terrible agression envers le peuple palestinien, la France devait être au rendez-vous de l’Histoire.

L’admission de la Palestine à l’ONU est une étape indispensable pour que les Droits de ce peuple soient enfin reconnus.

C’est une étape indispensable pour qu’enfin Israël soit contraint d’appliquer les résolutions de l’ONU toutes bafouées, qui ont permis l’explosion des colonies y compris à Jérusalem, la poursuite de la construction du mur de la honte, la multiplication des check-points,  ainsi que l’inique blocus infligé aux palestiniens de Gaza.

Le candidat Hollande avait dans déclaré dans son 59ème engagement : « Je soutiendrai  la reconnaissance internationale de l’État palestinien ».

Il était donc logique que la France dise oui à la Palestine, et lui permette d’entrer dans la cour des Grands.

Tout ceci ponctue une énorme campagne citoyenne et militante de par le monde, visant à obtenir, enfin la reconnaissance de Palestine.

 

Question du Député François ASENSI pour le groupe Front de gauche :

Monsieur le ministre des Affaires étrangères,

La  voix de la France au Proche-Orient se fait attendre. Il est temps, il est grand temps que la France reconnaisse enfin l’Etat palestinien.
Ce jeudi, elle doit dire OUI à l’entrée de la Palestine à l’ONU !
Il y a 60 ans, le plan de partage prévoyait la création de deux Etats. Soixante ans plus tard, le peuple palestinien n’en peut plus d’attendre enfin sa terre. Entre temps, ce furent  60 années d’humiliations, de colonisation et de souffrances.
Malgré ces souffrances, ce peuple pacifique a fait le choix de la lutte politique et du compromis, autour de son Président Abbas.
Reconnaitre l’état palestinien, c’est un signe fort pour que cessent les colonisations en Cisjordanie, et pour redonner crédit aux dirigeants palestiniens.
Face aux provocations des groupes extrémistes et des états belliqueux, j’ajoute que la création de cet Etat représente la meilleure garantie pour la sécurité d’Israël.
Il est urgent de redonner espoir au peuple de Palestine. Monsieur le ministre, le monde attend ce geste de la France.
Au nom des députés communistes et du Front de gauche, je m’adresse solennellement au Chef de l’Etat, qui avait fait de cette question un engagement de campagne.
Faites le choix de la liberté et de l’humanisme, en toute indépendance ! La France su le faire avec courage dans son histoire, pour la cause des peuples.
Grandissez la France, reconnaissez l’état Palestinien !

Palestine J-3

A trois jours du vote tant attendu sur l’admission de la Palestine à l’ONU en tant qu’Etat non-membre, il était peut-être utile de faire un point sur les Etats qui reconnaissent déjà la Palestine, à mettre en parallèle avec les pays ayant d’ores et déjà annoncé leur vote.

Les pays qui s’opposeront à l’entrée de la Palestine à l’ONU sont connus, il s’agirait de : Etats-Unis, Allemagne, Italie, République Tchèque, Pologne..

La position officielle de la France, elle, reste inconnue à ce jour.

La Palestine, c’est maintenant.

Je relaie des intitiatives qui visent à ce que la France vote favorablement pour l’admission de la Palestine à l’ONU le 29/11 prochain :

Un appel de parlementaires relayé par l’AFPS

Une tribune parue dans le Monde

Un point de vue de Nabil Shaath dans le Monde

Une tribune parue sur Libé

Une pétition Avaaz

 

Bonne lecture

Gaza : quand une députée socialiste cautionne l’insupportable

Cette fois, la parlementaire qui commet l’impardonnable s’appelle Danièle Hofman Rispal. Elle est suppléante de Cécile Duflot, et préside le Groupe d’amitié France Israël à l’Assemblée nationale.
Certes, elle n’a jamais caché sa sympathie pour Israël, elle a choisi son camp, et était encore il y a peu invitée au Crif par son ami Richard Prasquier, l’homme le plus à droite que le CRIF ait connu.

Vous verrez que cette députée, met sans hésiter sur le même plan Gaza et Israël.

Elle reprend mot pour mot la terminologie d’Israël et sa propagande en laissant entendre qu’Israël s’est défendue et que c’est ce qui explique les plus de 160 morts palestiniens.

Elle demande un retour aux négociations, comme Sarkozy avant elle, sans demander l’arrêt du blocus, des colonies..

Elle épouse les thèses du gouvernement israélien.

Cette députée est une honte pour la France toute entière et pour le PS en particulier, qui confirme là son indéfectible attachement à Israël, première force d’occupation du Proche Orient.

Déclaration des Observacteurs en Palestine sur… la Palestine

Le texte à télécharger

OBSERVACTEURS EN PALESTINE

 

La Palestine, c’est maintenant !

Au moment où, à Gaza et en Israël, bombardements et tirs de roquettes se succèdent, au moment où, ici en France, les arguments de toutes sortes, entretiennent la confusion sur ce qui se passe aujourd’hui à Gaza, les chiffres qui, eux, ne peuvent pas mentir ni tricher, parlent d’eux-mêmes :

Depuis le début de la guerre mercredi, 155 Palestiniens ont été tués à Gaza et plus de 1000 civils sont blessés. Cinq Israéliens ont également péri suite aux tirs de roquette.

Nous devons toujours garder ces chiffres à l’esprit. La réalité qu’ils traduisent ne souffre d’aucune discussion et décrédibilise toute tentative de propagande

Entre le 29 septembre 2000 et le début de cette nouvelle guerre, le ministère israélien de la défense donnait le chiffre de 61 civils israéliens tués par des tirs de roquettes; quand l’ONG israélienne B’Tselem nous donnait le chiffre de 4660 palestiniens tués à Gaza par l’armée israélienne.

Nous ne pourrons jamais cautionner la moindre atteinte à des populations civiles quelles qu’elles soient. Nous ne pourrons jamais justifier l’injustifiable. Nous ne ferons jamais de distinction entre le sang d’un enfant israélien et celui d’un enfant palestinien. Nous ne ferons jamais de distinction entre les droits du peuple palestinien et ceux du peuple israélien. L’un et l’autre doivent jouir des mêmes droits.

De fait, ce n’est pas le cas aujourd’hui. La réalité de l’enfermement et du blocus subi par plus d’un million et demi de palestiniens de Gaza, nous est insupportable.

Tout comme nous est insupportable le sort du peuple palestinien dans son ensemble, abandonné par la communauté internationale.

Et, il nous est tout aussi insupportable de voir et d’entendre des citoyens français, des dirigeants de la République Française, soutenir aveuglément le gouvernement israélien lorsque ce dernier bombarde des populations civiles.

En tant que citoyens français, nous sommes nés et nous avons grandi dans la patrie des droits de l’homme. Nos seuls camps, nos seuls alliés, sont la justice, la liberté et le droit. Nous sommes convaincus que la seule issue passe par le respect du droit international par la puissance occupante, Israël.

Nous demandons à nos concitoyens, ainsi qu’aux autorités françaises et européennes de condamner sans aucune nuance tout bombardement de populations civiles de quelque nationalité qu’elles soient.

Nous leur demandons de faire preuve d’objectivité, de clairvoyance et d’esprit de justice en cessant leur soutien inconditionnel, systématique et aveugle au gouvernement israélien actuel. Nous leur demandons de le sanctionner comme il se doit, chaque fois qu’il commet un délit ou un crime; nous leur demandons de cesser de considérer Israël comme un Etat au-dessus des Etats.

Tout comme nous leur demandons de considérer la Palestine comme une Nation à part entière, avec un peuple, une culture.

Ainsi, pour aller dans ce sens, nous leur demandons de soutenir de toutes leurs forces la démarche de l’Autorité palestinienne visant à élever la Palestine au statut d’Etat non membre de l’ONU comme le demandera le Président Abbas à l’Assemblée générale de l’ONU le 29 novembre prochain.

 

Pour les Observacteurs en Palestine,

 

Madjid Messaoudene, Président

Nadir Dendoune, Vice-Président

Kadour Haddadi, Secrétaire Général

 

 

 

 

 

UMP : Unis pour un Maximum de Poilade

Le duo comique de l’UMP est en tournée un peu partout.

Ne ratez aucune de leur prestation.

En tournée dans toutes les fédérations UMP, et retransmis en direct sur BFMTV et ITELE.

Vous voulez animer vos soirées avec le duo comique de l’UMP ?

Contactez le siège ou les responsables de la motion On Rit Fort.

Gaza : communiqué de la ville de Saint-Denis

Pour la justice, pour la paix,
arrêt des bombardements de Gaza,
reconnaissance de l’Etat palestinien

Depuis une semaine l’offensive militaire israélienne et les bombardements
aveugles ont tué 140 Palestiniens et fait plus de 950 blessés, parmi les civils de
tous âges. Cinq Israéliens, dont un soldat, ont été tués, victimes de roquettes.
L’immobilisme de la communauté internationale face à cette agression et à cette
escalade vers la guerre est insupportable.

Plus de 1,5 million de Gazaouis vivent au quotidien des privations et des
humiliations liées au blocus illégal imposé par l’état d’Israël et qui transforme ce
territoire très réduit de 360 km2 en une prison à ciel ouvert.

Le cynisme du gouvernement de droite israélien ajoute à l’intolérable puisque ces
hostilités sont lancées dans un contexte de très fortes arrières pensées électorales.
La France doit voter le 29 novembre à l’ONU la résolution de reconnaissance
internationale de l’Etat palestinien, comme François Hollande s’y est engagé
devant le peuple français. La France et l’Europe doivent dire la force de la loi contre
la loi du plus fort.

Cette résolution constitue une étape vers le règlement du conflit qui ne peut être
que politique et en aucun cas militaire. Elle « réaffirme le droit du peuple palestinien
à l’autodétermination et à l’indépendance au sein de l’État de Palestine sur la base
des frontières d’avant 1967 ».

• Arrêt des bombardements sur Gaza
• Levée immédiate du blocus de Gaza
• Un Etat palestinien admis à l’ONU
• Des sanctions pour Israël qui bafoue le droit international

Dans la ténacité de son engagement pour la reconnaissance des droits du peuple
palestinien, la création d’un Etat palestinien viable et souverain, le respect du droit
international, seule voie pour une paix juste et durable dans la région, la
municipalité de Saint-Denis appelle à un :

Rassemblement de solidarité

Vendredi 23 novembre à 18h30

Parvis de l’Hôtel de Ville

Voici le communiqué