Archive for novembre 2013

Le député Mathieu Hanotin fait l’Assemblée buissonnière

Mathieu Hanotin est un jeune député. Sur le papier. Car dans les faits, il se comporte déjà comme un vieux briscard de la politique.

Il cumule en effet deux mandats très prenants : Vice-président du Conseil général de Seine-Saint-Denis, et Député. Oui, rien que ça. l’un ou l’autre devraient être des mandats à plein temps, mais Mathieu Hanotin est un surhomme.

A tel point qu’il brigue le mandat de maire de Saint-Denis, dernière étape avant de se présenter aux élections présidentielles.

Le souci est qu’il ment et cumule très mal. Il ment mal car il avait promis qu’une fois élu député, il démissionnerait du conseil général. Il y siège encore, avec les gracieuses indemnités qui y sont liées.

Il cumule mal, car il a eu une amende de 5000 euros pour absentéisme chronique à l’Assemblée nationale.

Content de lui, il passe son temps de député à arpenter les rues de Saint-Denis, avec dans la main les torchons qu’il a rédigés sur le maire, les communistes et la ville.

Des torchons qui lui prennent du temps à priori.

Tellement de temps qu’il en oublie de siéger lors de votes solennels à l’Assemblée.

Mathieu Hanotin est bipolaire. De gauche dans le discours, de droite dans les actes (cf. vote ANI, TCE…).

Sur le premier vote concernant les retraites, il s’était abstenu, ne voulant pas se mouiller.

Il a reçu des critiques méritées lui faisant comprendre que le seul vote possible pour cette réforme indigne était le vote contre.

le 26/11 novembre, lors du second vote, Mathieu Hanotin a fait mieux que voter contre.

Il n’a pas voté.

Il n’était pas dans l’hémicycle.

Il a déserté.

Il avait sûrement mieux à faire que de représenter les citoyens dont il avait brigué les suffrages.

Mieux à faire comme de combattre les communistes quand, dans le même temps, à l’assemblée, il accompagne si bien la politique de droite du gouvernement.

Les dionysiens doivent se rappeler de ça au moment d’aller voter.

Un député qui ne juge pas utile de les représenter ne mérite pas qu’on lui accorde le moindre intérêt, fusse-t-il électoral.

Les restos du coeur sans pitié avec les femmes voilées

Les restos du cœur refusent les bénévoles portant le voile. Il m’avait échappé que cette asso était un service public ou une officine du FN, voire de l’UMP, ou en ces temps troublés, du PS.

Les raisons ? Je m’en tape, aucune n’est acceptable, quand il s’agit de refuser l’aide bénévole d’une femme dans une association caritative.

Ils ont peur de quoi, que les femmes voilées mettent un Coran dans le sac en ajoutant en chuchotant : « tiens, juste après avoir mangé le cassoulet, fais des ablutions, lis ça tu m’en diras des nouvelles inchallah ».

Déjà, on connaissait l’exclusion des femmes voilées lors des sorties scolaires. Ce scandale avait donné naissance au collectif mamans toutes égales.

Les femmes musulmanes, voilées ou non, ont le droit de cotiser à la coopérative, faire des gâteaux, de préférence des makrout, c’est tellement exotique, mais pas de participer à la vie éducative de leurs enfants ? C’est quoi ce pays ?

Du coup, les restos du cœur, par leur ostracisme envers les musulmanes, vont décourager ces femmes qui voulaient donner de leur temps ailleurs que dans des associations communautaires.

Quand elles iront toutes bosser au secours islamique, on ira dire que ces associations ne sont pas très ouvertes, quand bien même elles servent des repas à tous, musulmans ou pas.

Coluche, à coup sûr, en aurait gros sur la patate et aurait mis une grosse patate au président des restos du cœur, tenant de cette ligne raciste.

En attendant, il va falloir se battre pour que ces femmes voilées puissent être vues comme autre chose que des femmes soumises, arriérées et dangereuses.

Bienvenue en Rance.

 

 

Le Parti Socialiste et le racisme comme variable électorale

En ces temps de racisme exacerbé, nous pouvions penser que chacun s’aviserait d’éviter toute tentative de récupération.

Sans oublier que nous célébrons les 30 ans de la marche pour l’égalité que certains ont voulu réduire à une marche des beurs.

Une marche qui a rimé avec politisation des quartiers, citoyenneté, engagement. Mais elle a aussi rimé avec récupération, trahison, défiance et abandon.

On ne raconte plus comment le Parti socialiste à l’époque a tout fait pour récupérer ce mouvement en le limitant à un mouvement antiraciste, en niant les revendications économiques et sociales.

Dans son costume paternaliste, le PS a fait en sorte d’étouffer la contestation sociale, qui risquait de mettre le gouvernement en difficulté.

Alors, les Dray, Desir et Boutih ont été missionnés pour monter de toutes pièces Sos Racisme.

Un mouvement totalement inféodé au PS et résolument détaché de toutes préoccupations sociales.

Pire, il est déconnecté de la réalité des quartiers en faisant en sorte de ne mettre en avant que des personnalités malléables ayant dans leur adn le gêne du traître.

Pendant 30 ans cette association a fait de l’antiracisme une activité électorale très lucrative, sans jamais s’attaquer aux racines du racisme, et en misant sur l’antiracisme main jaune, l’antiracisme est devenu un produit marketing.

Ainsi, des dizaines de jeunes sont passés par Sos Racisme, avant d’entrer aux MJS puis au PS, la consécration suprême.

Gavée de subventions et soutenue par Solférino, cette association a fait de l’ombre a beaucoup d’associations de terrain qui luttaient elle, contre le racisme, le racisme d’Etat, le racisme dans la police…

Aujourd’hui, le PS est devenu un parti d’élus, de notables, mais aussi un parti composé de nombreux racistes.

Le plus connu s’appelle Manuel Valls, un ministre socialiste qui a une érection à chaque expulsion de camp rom.

Un homme qui a un orgasme a chaque publication du chiffre des expulsés.

Un homme qui fait oublier Morano, Gueant et Sarkozy.

Rappelons que l’épisode Leonarda n’a fait que rappeler et confirmer que l’étranger est un bouc émissaire, y compris au PS.

Alors, quand j’ai lu que le PS appelait à un grand meeting contre le racisme le 27 novembre, mon sang mêlé n’a fait qu’un tour.

Quelle légitimité a ce parti pour oser prétendre combattre le racisme ? Un racisme que le PS alimente quotidiennement par ses déclarations et sa politique.

Un racisme latent contre lequel le PS ne fait rien sinon l’accompagner, comme il alimente la montée inexorable du FN qui lui permet d’affaiblir l’UMP.

Boutih, Desir et Dray ont bien mangé, ils sont ou ont été députés ou députés européens, et les quartiers, à chaque fois qu’ils en parlaient c’était pour les mépriser.

Le pire est qu’ils continuent à solliciter les suffrages de ceux qu’ils ont si longtemps insultés.

 

 

Combattre les discriminations et encourager l’homophobie ?

Logiquement, la réponse semble être dans la question.

Toute personne normalement constituée répondrait qu’il n’est pas concevable, ou même crédible, de prétendre combattre une discrimination, tout en encourageant une autre discrimination.

C’est à ce grand écart que ce livre depuis plusieurs mois un membre éminent de l’association Banlieue Plus.

Oui, je sais, je vais encore m’attirer des sympathies, et on va encore me dire que si je tape sur lui, c’est parce-qu’il est arabe, voire musulman.

Or, si je le fais, c’est parce-qu’il est homophobe, même si le fait qu’il soit lui aussi issu d’une minorité peut-être retenu comme un facteur aggravant.

Donc, Nadir, car il s’agit de lui, passe une bonne partie de son temps à cracher sur les homosexuels.

Sa haine de la différence sexuelle a connu un pic avec l’épisode du mariage pour tous, je me demande d’ailleurs s’il n’a pas manifesté avec Frigide Barjot, ou s’il n’a pas des posters d’elle dans sa chambre.

Il s’était calmé, revenant aux combats de l’association qu’il représente : lutte contre le racisme anti-musulman, emploi, jeunesse, police, Palestine…..

Mais il y a eu rechute.

Récemment deux statuts clairement homophobes ont été publiés sur le compte de l’association Banlieue Plus.

photo 1

photo 2

C’est très grave, d’une part par le caractère haineux des propos, mais aussi par le fait que ces statuts sont endossés par l’association elle-même.

Le fait que les statuts soient suivis de la signature « Nadir » n’y change rien.

L’association et son image sont bel et bien engagées par ces prises de positions réactionnaires, dignes de la droite la plus dure et des religieux les plus réactionnaires.

Ainsi, l’homosexualité serait une calamité telle que Nadir propose un appel des quartiers pour que l’homosexualité ne soit jamais la norme. Fini le chômage, les violences policières, le souci : les homos !

Mais le problème, c’est que les homos n’ont pas besoin de son autorisation pour se fréquenter, s’aimer, avoir des relations sexuelles, et comble du pêcher, se marier.

Et c’est quoi la norme ? Un homme une femme, une niche, un chien, des crédits ?

Sans compter que par ce billet, est alimenté le fantasme des gars de cité complètement homophobes, étroits d’esprit, comme s’il n’y avait pas d’homos dans nos cités.

Ces prises de positions haineuses vont trop loin, et si elles ne reflètent pas la pensée de l’association, alors cette dernière doit les condamner publiquement, ou accepter d’être qualifiée d’association homophobe incitant à la haine d’autrui, en l’occurrence de l’autre qui se rend coupable d’avoir une autre orientation sexuelle.

J’attends les commentaires du style : Madjid est un arabe de service athée et communiste.

C’est plus facile que d’aller sur le fond, un fond que certains touchent tellement, qu’ils sont en train de creuser.