Archive for mai 2014

L’austérité et les discriminations doivent être au cœur du 1er mai

Le 1er mai est dans toutes les têtes ou presque.   C’est ce qu’on appelle la fête du travail. Il met d’accord tous les syndicats sur le fond. Sur la forme, certains défilent séparément. Depuis presque 20 ans, le 1er mai est synonyme de lutte contre le racisme, le fascisme et l’extrême droite. Le 1er mai 1995, en marge du défile du FN, Brahim Bouarram, alors âgé de 30 ans, est jeté dans la Seine par des militants proches du parti frontiste. Brahim Bouarram ne savait pas nager. Depuis ce jour, des dizaines de personnes se recueillent chaque année au Pont du Carrousel, pour saluer la mémoire de Brahim, avec un message : plus jamais ça. Sauf que depuis, il y a eu la libération de la parole raciste, de Sarkozy à Valls, en passant Hortefeux et Guéant. Les étrangers n’ont jamais autant été montrés du doigt et ostracisés. Les réactions ont été peu nombreuses contre cette banalisation du racisme. Pourtant, la résistance est de mise et le 1er mai ne doit pas se parer d’habits antiracistes uniquement les veilles d’élections. Le 1er mai doit faire le lien entre toutes les luttes : égalité au travail, égalité homme-femme, égalité de tous, français ou étrangers. Rappeler aussi qu’aucune hiérarchie ne saurait exister entre les différentes formes de racisme. Hiérarchiser, c’est déjà faire preuve de racisme.