A Manuel Valls : un fils d’immigré peut en cacher un autre

Je m’attendais à ce que vous soyez un piètre Ministre de l’Intérieur mais je n’aurais jamais imaginé que vous iriez aussi loin.

Aujourd’hui, vous êtes devenu un homme dangereux, qui met en péril la République et ses fondements.

Vous avez en effet une lourde responsabilité dans ce qu’on appelle le positionnement « tous pourris » tant vos discours et prises de positions sont très majoritairement empruntés à la droite la plus réactionnaire quand vous ne flirtez pas avec l’extrême droite.

Vous aimez le pouvoir et vous êtes prêt à tout pour continuer de l’exercer.

Prêt y compris à enfiler le costume d’homme de droite si cela peut vous assurer une réélection ou un maroquin ministériel. Florilège.

Pour un homme de droite, vos obsessions sont d’une navrante banalité : rejet des étrangers et défense inconditionnelle d’Israël.

Les étrangers d’abord.

Qui ne se rappelle pas de l’une de vos envolées lyriques dans votre chère ville d’Evry ? Alors que vous ignoriez être filmé vous avez demandé ni plus ni moins qu’on y mette plus de « blancs. »

Vous avez toujours affirmé votre fermeté à l’égard de celles et ceux qui pour vous n’ont pas leur place en France. La meilleure preuve est que vous avez maintes fois répété que vous ne procéderez à « aucune régularisation massive. » de sans-papiers.

En février dernier, vous avez même refusé de suivre les préconisations d’un rapport qui recommandait la régularisation des sans-papiers dits inexpulsables. Un rapport pourtant commandé par …. Jean Marc Ayrault.

Vous avez, avec la droite et l’extrême droite, contribué à alimenter l’idée que ces femmes, hommes et enfants, sont les indésirables de la République, une charge insupportable pour la Nation.

Un Ministre de gauche aurait au contraire souligné l’apport incontestable de l’immigration tant culturellement qu’économiquement. Ces derniers apportent notamment chaque année « plus de 12 milliards d’euros à l’État. »

Alors que ces personnes n’aspirent qu’à vivre dignement, vous, Manuel Valls, fils d’immigrés espagnols, vous avez décidé de faire de leur vie un cauchemar.

Vous voulez être plus royaliste que le roi, un peu comme si vous vous sentiez investi d’une mission civilisatrice …

Ces étrangers, Manuel Valls, étaient pourchassés sous la droite jusque dans les écoles. Des pratiques que vous ne dénonciez pas personnellement à l’époque.

Vous-même avez renvoyé des lycéens sans-papiers et des étrangers malades.

La peur au ventre des sans-papiers qui se rendent à l’école au travail ou à l’hôpital perdure. Les critères de régularisation, de l’aveu des soutiens aux sans-papiers empêchent la régularisation in fine de familles entières.

Les centres de rétention, symboles de la maltraitance des étrangers continuent de prospérer.

Vous disputez à vos prédécesseurs le titre de champion des expulsions. Comme si tout cela n’était qu’un vulgaire jeu, comme si les sans-papiers n’étaient pas des êtres humains.

J’en veux pour preuve l’entrain avec lequel vous avez annoncé le chiffre des expulsions pour l’année 2012, « un record ». Oui, mais un record de droite.

Pour que ce costume d’homme de droite soit sur mesure, il manquait une retouche : les roms, plus précisément, la chasse aux roms.

Sur ce sujet je vous sens épanoui. Comme un poisson dans l’eau, ou un policier dans un campement rom.

Vous avez expulsé de nombreux campements en prétextant des impératifs de sécurité. Comme si les familles expulsées étaient davantage en sécurité une fois dehors, dans le plus grand dénuement.

Vous avez récemment déclaré que les roms qui vivent dans les campements « ne souhaitent pas s’intégrer » et que les villages d’insertion sont « d’un intérêt limité. »

Vous faites d’ailleurs des émules dans le racisme anti-roms primaire. Votre collègue socialiste de Ris-Orangis les aime tellement qu’il a eu la bonté de scolariser leurs enfants …. dans un gymnase.

Vous jouez sur la peur de l’autre en les montrant du doigt et en les livrant sciemment à la vindicte populaire, flattant au passage les plus bas instincts.

Vous appelez à la stigmatisation, et délivrez un permis de discriminer en assimilant ces personnes à de vulgaires parasites.

Vos propos sont – décidément – dignes de la droite la plus extrême.

Le candidat Hollande jurait qu’il lutterait contre toutes les discriminations et que les expulsions seraient assorties de solutions de relogement…

Venons-en à votre amour indéfectible pour Israël.

Vous rappeliez dans une vidéo que vous avez essayé en vain de faire disparaitre, que par votre femme vous êtes « lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël ».

Imaginons un instant qu’à l’époque, Eric Besson, qui épousait une tunisienne, eut déclaré son attachement « à la Tunisie et à la communauté musulmane ». On aurait eu droit à un tollé immédiat et justifié.

Dans le même temps, en homme de droite, vous affichez votre hostilité à la création de l’Etat palestinien.

Un Ministre de gauche aurait salué l’entrée de la Palestine à l’ONU.

Vous avez donc décidé de hiérarchiser les communautés religieuses.  Avec trois objectifs : marginaliser les musulmans, mépriser ses représentants et faire monter la haine des musulmans.

Ce faisant, vous faites monter la judéophobie que vous prétendez combattre.

Quand vous parlez de radicalité religieuse, elle ne s’applique jamais aux chrétiens et encore moins aux juifs comme ceux que l’on peut trouver à la Ligue de Défense Juive, une milice fasciste que vous semblez protéger avec un zèle qui force le respect.

Oui, vos propos – hélas – ciblent systématiquement les musulmans et les quartiers populaires.

Sous vos coups de boutoir répétés, la devise « Liberté Égalité Fraternité » tend à devenir chaque jour un peu plus une chimère.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *