Archive for Eco

Interdire les coupures d’énergie : voilà une mesure de gauche

Ce n’est pas un scoop mais c’est peut-être moins connu du grand public. Si t’as pas de thunes, on te coupe ton accès à l’énergie, à savoir au gaz et à l’électricité.

Depuis 2000, le prix du gaz a pratiquement doublé. Concernant l’électricité, elle a augmenté de 5% entre 2009 et 2011 et de 6% entre 2010 et 2011. De janvier à juin 2012, le prix de l’électricité a augmenté d’au moins 2,9%.

On sait déjà que la facture d’énergie augmentera de 50% d’ici 2020.

L’augmentation de 3 centimes d’euro du smic horaire ne va hélas rien changer…

Au même titre que l’eau, l’énergie est vitale. On en a besoin pour se chauffer, se nourrir…

Aussi, à ce titre, l’énergie devrait être un droit dont nul ne saurait être privé.

Il y a un an déjà, j’écrivais ceci suite à la mort d’une personne dont on avait coupé l’accès à l’énergie.

On se souvient tous de Jeff Duval, cet agent EDF mis à pied pour avoir refusé de plonger une famille dans le noir.

Dans la ville dont je suis élu, plusieurs personnes sont décédées après avoir utilisé des bougies, faute d’électricité. Un réseau anti-coupures avait vu le jour avec la participation d’agents EDF-GDF qui rétablissaient l’énergie aux foyers signalés.

Des maires, tous communistes, ont pris des arrêtés anti-coupures d’énergie, systématiquement attaqué par l’Etat. L’un d’eux, à Champigny-sur-Marne a été validé.

Un gouvernement de gauche digne de ce nom ne se contenterait pas d’une trêve hivernale.

La précarité tue 12 mois sur 12.

Hollande se fait rappeler à l’ordre par ses propres députés

LOL est le mot qui vient à l’esprit si on nous demande ce qu’on pense de la cohérence de l’action gouvernementale.

Chaque semaine, nous avons droit à un nouvel épisode de la crise que traversent le Président, le gouvernement, ainsi que les parlementaires socialistes.

Le dernier épisode en date est celui de Mittal, duquel Montebourg sort sur les genoux.

On a dans la foulée appris que le SMIC n’allait pas augmenter plus que l’inflation.

Ce matin, Bartolone, pour se rassurer qu’il était de gauche, regardait ce qu’avaient le PSOE (le PS social libéral espagnol) et le PASOK (son homologue grec).

Le gouvernement a réussi l’exploit suivant : se faire tacler régulièrement au Sénat. Dernier tacle en date, samedi dernier avec l’aide de Sénateurs EELV, pour rejeter le cadeau de 20 milliards d’euros aux entreprises.

Le Front de gauche s’est heureusement opposé au texte, et ce gouvernement apparaît de plus en plus comme ce qu’il est : incapable.

C’est tellement vrai qu’une quinzaine de députés viennent d’appeler Hollande à « changer de cap' ».

Des députés socialistes, qui demandent à Hollande d’être de gauche, c’est juste énorme.

On a finalement raison, au Front de gauche, de ne pas participer à cette mascarade qui a fait perdre au PS le peu de crédibilité qui lui restait.

Florange ou comment le PS a (encore) oublié d’être de gauche

L’affaire de Florange est sur toutes les lèvres. Pendant qu’on parle de ça, les musulmans respirent un peu.

Les salariés, de cette usine, qui produit encore et qui est donc rentable, ont demandé à pouvoir bénéficier de l’aide de l’Etat, afin qu’une nationalisation temporaire leur permette de trouver un autre repreneur que Mittal qui passe son temps à se foutre de la gueule des salariés.

Arnaud Montebourg, le plus à gauche du gouvernement (c’est dire) a pris le dossier en mains. Rencontres avec les syndicats, déclarations tonitruantes à la mode PSA, rien ne semblait pouvoir arrêter le tribun de Saône et-Loire. Rien sauf Jean-Marc Ayrault qui, entre nous a infligé à son ministre une correction politique d’une rare violence.

A l’Assemblée, en présence des salariés, Montebourg annoncé aux députés qu’un repreneur avait été trouvé, fiable et capable d’injecter de quoi relancer et faire tourner l’usine.

24h avant il disait publiquement que Mittal était désormais persona non grata en France, ce qui a valu à Laurence Parisot et à Elie Cohen, un début de dépression

Entre temps, Hollande, tremblotant et fiévreux, recevait celui qui avait déjà enfumé les salariés à Gandrange, le patron d’Arcelor Mittal.

Résultat des « négociations' » : plus de nationalisation, plus de plan social. Mittal reste propriétaire, et les effectifs baisseront à terme à Florange.

On apprend dans le week-end qu’Ayrault s’est payé la crédibilité de son ministre afin d’obtenir des assurances de Mittal sur la pérennité d’un site situé sur la circonscription de ….. Ayrault himself.

Bingo. Pour sauver sa tête de député, qu’il redeviendra probablement bientôt, il n’a pas hésité à sacrifier les engagements pris devant les salariés sur l’autel de ses ambitions personnelles.

Après la TVA « socialiste », PSA, le droit de vote et d’éligibilité des étrangers, les sans-papiers, les roms, les cadeaux aux patrons, le PS avait une occasion pour une fois de donner des gages, même pas à gauche, mais à sa gauche.

Traîtrise, déception, voilà les mots qui resteront pour les salariés de Florange, qui après ceux de Gandrange, enfumés par Sarkozy, viennent bel et bien, eux, de se faire enfumer par Hollande.