Archive for Palestine

Musulmans et juifs de France : l’insupportable inégalité de traitement

 

 

Les récents propos de Roger Cukierman, Président du CRIF, sont la goutte d’eau, les mots de trop.

Il assume ses propos envers la communauté musulmane. Il a dit – entre autres –  que « toutes les violences, et il faut dire les choses, sont commises par des jeunes musulmans ».

Dans le même entretien, il encense Marine Le Pen « irréprochable personnellement », à ce point irréprochable que cette dernière n’a jamais condamné les propos de son père sur les chambres à gaz. Peut-être que ce qu’il apprécie chez elle, c’est surtout son rejet de l’islam et des musulmans, ce qui en effet peut faire d’elle, aux yeux de Cukierman, une personne impeccable.

Imaginons un instant qu’un responsable musulman ait dit la même chose sur Marine Le Pen ou déclaré que le problème en France, ce sont les juifs de France. Tout de suite, et à raison, on aurait dit que cette personne en plus d’être antisémite, soutenait les pires thèses négationnistes et révisionnistes…

C’est là qu’est l’inégalité de traitement, et elle est manifeste.

Les propos de Roger Cukierman auraient dû suscité une vive réprobation de tous les responsables politiques qui se prétendent républicains.

A commencer par le Président de la République et le Premier ministre.

Mais rien, rien dans les médias, ni sur leurs fils twitter respectifs.

A peine Hollande a-t-il balbutié que le racisme c’est pas beau, hier en marge du dîner du CRIF. Mais aucune condamnation ferme des propos de son hôte.

Même Dalil Boubekleur s’est senti obligé de sortir de sa légendaire réserve pour signifier sa consternation.

Même Nicolas Sarkozy a fustigé ces propos dangereux, même si sa réaction est tardive. Il lui fallait rattraper sa déclaration sur les femmes voilées.

C’est de ces absences de prises de position, que naissent frustration et incompréhension.

C’est de là aussi que naissent les fantasmes que certains entretiennent ces fantasmes nauséabonds du style : « y’en a que pour les juifs, quand un musulman est touché, personne ne bouge ».

Comment demander à des personnes du respect quand on ne leur témoigne que mépris ?

Enfin, il faut aussi que le CRIF éclaircisse son rôle. S’il dit représenter une partie des juifs de France, alors il ne peut pas appeler à soutenir Israël pendant que Gaza est sous les bombes et reprocher dans le même temps à certains d’importer le conflit en France…

Finalement, en laissant penser que les juifs contrôlent tout, et ont le pouvoir partout, en ne condamnant par les propos de personnalités juives parce-que juives, on alimente la judéophobie.

Finalement, Cukierman, ou le député pro-israélien Meyer Habib – et quelques autres – ne sont-ils pas à leur manière quelque peu antisémites ?

Imaginons un instant, au hasard, que le CFCM ait appelé à soutenir Gaza en appelant à un rassemblement devant l’Ambassade de Palestine…..

Il faut que cesse ce deux poids deux mesures, cette inégalité de traitement entre musulmans et juifs de France, c’est en instaurant l’égalité et la justice qu’on aura la solidarité et la fraternité.

Sans justice, pas de paix.

Israël déterminé à empêcher toute création d’Etat palestinien

Michel Warshawski, que j’ai personnellement eu l’occasion de rencontrer à plusieurs reprises en France et en Palestine, est l’un ces infatigables militants israéliens contre l’occupation.

Avec une extrême pédagogie, il dissèque minutieusement la politique israélienne et sa propagande. Lui contrairement à d’autres, ne nous assène pas des généralités dans le seul but d’étaler une science qu’ils n’ont pas.

Réflexions suite à une rencontre à Jérusalem, dans les locaux de son association, l’Alternative Information Center.

La thèse ?  Israël ne veut pas la paix. Pour cela, il aborde le processus de paix, la colonisation, et l’éternelle lâcheté de la « communauté internationale »
Selon lui, il n’y a pas de processus de paix même si pendant un laps très court, une partie des dirigeants israéliens en avait fait le pari. Un laps de temps tellement court que rien n’a pe être enclenché.

Pour être précis, c’était la période 1993 1995, qui a donné lieu à l’assassinat de Rabin, précisément qu’ il s’apprêtait à commettre l’irréparable aux yeux des partisans du grand Israël, à savoir œuvrer à la création de l’Etat palestinien, évacuer les colonies…

Rabin pensait qu’il était nécessaire de mettre fin à l’occupation. Il a été tué par un colon, ceux-là mêmes qui sont représentés légalement au sein du Parlement israélien. Quitte à se foutre de la gueule du monde, autant faire ça bien.

Quand Israël ordonne un gel des colonies, celui-ci doit être « discret ». Traduction : aucun gel et jamais, et nulle part.

Si le processus de paix a toujours été un mythe, le processus de colonisation est lui bien réel.

Un processus de colonisation qu’Ariel Sharon théorise dès les années 70.

Ce projet, il le décline en quatre phases dans une interview parue dans Haaretz en 2003.
Ainsi selon lui La guerre d’indépendance d’Israël n’est pas encore terminée (guerre de création), prise de contrôle de l’espace.

Il estime ensuite qu’Israël n’a pas et ne doit pas définir ses frontières, que ces dernières sont là ou « la charrue trace son dernier sillon », afin de marquer le terrain.

Il ajoute que la paix n’est pas à l’ordre du jour pour les 50 prochaines années années. D’ici là il faut « israéliser », « judaiser »…

Aussi la paix sera possible quand la création de l’Etat palestinien sera, elle, impossible.

Après avoir arpenté le terrain, on voit pas trop bien ce qui pourrait ressembler à un futur Etat, les colonies sont partout, tels des kystes.

Si l’on prend le cas de ces colonies, elles ne sont jamais installées au hasard, et visent au moins deux objectifs : casser toute continuité territoriales en Palestine, et inclure ces colonies dans l’Etat d’Israël.

Sharon a décidé de faire des territoires palestiniens, des enclaves. Comme à Jenine, Ramallah, Naplouse……

Pour bien être sûr de rendre la vie  impossible aux Palestiniens, Israël a orné la Cisjordanie d’un joli mur de béton de plusieurs mètres de haut.
Israël ne veut pas de continuité territoriale pour l’Etat palestinien, il lui faut maintenir un lien direct entre Tel Aviv et le Jourdain.

Le pragmatisme israélien ne cessera jamais de m’étonner. La solution trouvée et déjà à l’œuvre consiste à assurer une « contiguïté territoriale à défaut de continuité ».

Aussi ; il est dorénavant possible d’aller de Tel Aviv au Jourdain en « passant sous des villes palestiniennes ». Il existe à cet effet, deux grands tunnels sous Bethleem et Beit Sahour, deux villes palestiniennes, contrôlées par l’Autorité palestinienne.

Donc contiguïté, pour esquiver la réalité. Il ne faudrait pas que les israéliens, notamment constatent de visu les méfaits de la colonisation, surtout quand on sait qu’elle coute chaque année des milliards d’euros aux contribuables de cet Etat colonial.

Comment évoquer ces questions sans pointer l’immense responsabilité des puissances occidentales USA et Europe en tête ?

A défaut d’avoir des couilles, ces pays ont un chéquier et maintiennent, à coup de dollars, la Palestine en état de respiration artificielle.

Israël ne peut pas lever le petit doigt sans l’aval de l’Oncle Sam. Un peu comme un gamin de CP qui voudrait aller pisser.

Pourtant, ce statut d’enfant gâté pourrait prendre un coup, tant « la question de la Palestine et d’Israël ne fait plus la une des journaux. »

C’est pas tant qu’il ne s’y passe plus rien, la colonisation ne s’est jamais portée aussi bien. C’est juste que tout le monde s’en tape, sauf Israël.

Du coup, pour refaire parler d’eux et garder le monopole de la centralité dans la région, on peut craindre une nouvelle aventure belliqueuse.

En même temps, faire la guerre et envoyer des soldats au front est encore ce qu’Israël fait de mieux, ça et faire un gros doigt au reste du monde.

La guerre où ça me direz-vous.

Gaza, reste une valeur sûre : un peuple désarmé, abandonné de tous, à portée de chars et de missiles, excellent rapport qualité prix. Et silence garanti de BHL et ses acolytes.

En poursuivant la construction du mur, la colonisation massive de la Cisjordanie, le blocus sur Gaza et en faisant le pari de la division des factions palestiniennes, Israël démontre jour après jour, que s’il y a bien une chose dont ils ne veulent pas, c’est de la paix et d’un Etat de Palestine.

Après plusieurs séjours sur place, un constat s’impose : il y a trop de colons pour qu’un Etat palestinien puisse voir le jour. Et personne ne parle de les déloger.

Israël parvient pour le moment à maintenir un calme tout relatif, sur la Cisjordanie , mais pour combien de temps encore ?

A Manuel Valls : un fils d’immigré peut en cacher un autre

Je m’attendais à ce que vous soyez un piètre Ministre de l’Intérieur mais je n’aurais jamais imaginé que vous iriez aussi loin.

Aujourd’hui, vous êtes devenu un homme dangereux, qui met en péril la République et ses fondements.

Vous avez en effet une lourde responsabilité dans ce qu’on appelle le positionnement « tous pourris » tant vos discours et prises de positions sont très majoritairement empruntés à la droite la plus réactionnaire quand vous ne flirtez pas avec l’extrême droite.

Vous aimez le pouvoir et vous êtes prêt à tout pour continuer de l’exercer.

Prêt y compris à enfiler le costume d’homme de droite si cela peut vous assurer une réélection ou un maroquin ministériel. Florilège.

Pour un homme de droite, vos obsessions sont d’une navrante banalité : rejet des étrangers et défense inconditionnelle d’Israël.

Les étrangers d’abord.

Qui ne se rappelle pas de l’une de vos envolées lyriques dans votre chère ville d’Evry ? Alors que vous ignoriez être filmé vous avez demandé ni plus ni moins qu’on y mette plus de « blancs. »

Vous avez toujours affirmé votre fermeté à l’égard de celles et ceux qui pour vous n’ont pas leur place en France. La meilleure preuve est que vous avez maintes fois répété que vous ne procéderez à « aucune régularisation massive. » de sans-papiers.

En février dernier, vous avez même refusé de suivre les préconisations d’un rapport qui recommandait la régularisation des sans-papiers dits inexpulsables. Un rapport pourtant commandé par …. Jean Marc Ayrault.

Vous avez, avec la droite et l’extrême droite, contribué à alimenter l’idée que ces femmes, hommes et enfants, sont les indésirables de la République, une charge insupportable pour la Nation.

Un Ministre de gauche aurait au contraire souligné l’apport incontestable de l’immigration tant culturellement qu’économiquement. Ces derniers apportent notamment chaque année « plus de 12 milliards d’euros à l’État. »

Alors que ces personnes n’aspirent qu’à vivre dignement, vous, Manuel Valls, fils d’immigrés espagnols, vous avez décidé de faire de leur vie un cauchemar.

Vous voulez être plus royaliste que le roi, un peu comme si vous vous sentiez investi d’une mission civilisatrice …

Ces étrangers, Manuel Valls, étaient pourchassés sous la droite jusque dans les écoles. Des pratiques que vous ne dénonciez pas personnellement à l’époque.

Vous-même avez renvoyé des lycéens sans-papiers et des étrangers malades.

La peur au ventre des sans-papiers qui se rendent à l’école au travail ou à l’hôpital perdure. Les critères de régularisation, de l’aveu des soutiens aux sans-papiers empêchent la régularisation in fine de familles entières.

Les centres de rétention, symboles de la maltraitance des étrangers continuent de prospérer.

Vous disputez à vos prédécesseurs le titre de champion des expulsions. Comme si tout cela n’était qu’un vulgaire jeu, comme si les sans-papiers n’étaient pas des êtres humains.

J’en veux pour preuve l’entrain avec lequel vous avez annoncé le chiffre des expulsions pour l’année 2012, « un record ». Oui, mais un record de droite.

Pour que ce costume d’homme de droite soit sur mesure, il manquait une retouche : les roms, plus précisément, la chasse aux roms.

Sur ce sujet je vous sens épanoui. Comme un poisson dans l’eau, ou un policier dans un campement rom.

Vous avez expulsé de nombreux campements en prétextant des impératifs de sécurité. Comme si les familles expulsées étaient davantage en sécurité une fois dehors, dans le plus grand dénuement.

Vous avez récemment déclaré que les roms qui vivent dans les campements « ne souhaitent pas s’intégrer » et que les villages d’insertion sont « d’un intérêt limité. »

Vous faites d’ailleurs des émules dans le racisme anti-roms primaire. Votre collègue socialiste de Ris-Orangis les aime tellement qu’il a eu la bonté de scolariser leurs enfants …. dans un gymnase.

Vous jouez sur la peur de l’autre en les montrant du doigt et en les livrant sciemment à la vindicte populaire, flattant au passage les plus bas instincts.

Vous appelez à la stigmatisation, et délivrez un permis de discriminer en assimilant ces personnes à de vulgaires parasites.

Vos propos sont – décidément – dignes de la droite la plus extrême.

Le candidat Hollande jurait qu’il lutterait contre toutes les discriminations et que les expulsions seraient assorties de solutions de relogement…

Venons-en à votre amour indéfectible pour Israël.

Vous rappeliez dans une vidéo que vous avez essayé en vain de faire disparaitre, que par votre femme vous êtes « lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël ».

Imaginons un instant qu’à l’époque, Eric Besson, qui épousait une tunisienne, eut déclaré son attachement « à la Tunisie et à la communauté musulmane ». On aurait eu droit à un tollé immédiat et justifié.

Dans le même temps, en homme de droite, vous affichez votre hostilité à la création de l’Etat palestinien.

Un Ministre de gauche aurait salué l’entrée de la Palestine à l’ONU.

Vous avez donc décidé de hiérarchiser les communautés religieuses.  Avec trois objectifs : marginaliser les musulmans, mépriser ses représentants et faire monter la haine des musulmans.

Ce faisant, vous faites monter la judéophobie que vous prétendez combattre.

Quand vous parlez de radicalité religieuse, elle ne s’applique jamais aux chrétiens et encore moins aux juifs comme ceux que l’on peut trouver à la Ligue de Défense Juive, une milice fasciste que vous semblez protéger avec un zèle qui force le respect.

Oui, vos propos – hélas – ciblent systématiquement les musulmans et les quartiers populaires.

Sous vos coups de boutoir répétés, la devise « Liberté Égalité Fraternité » tend à devenir chaque jour un peu plus une chimère.

 

Pourquoi il faut – vraiment – boycotter l’Imam de Drancy

Je sais ce que vous allez me dire. Vous allez me dire que tout a été dit sur l’Imam le plus Cathodique de France, Hassan Chalghoumi.

A bien regarder, presque tout.

Cet homme est dangereux pour les musulmans de France, c’est une certitude. Mais il l’est aussi, par voie de conséquence, pour les arabes qui refusent de se définir comme tel et que Nicolas Sarkozy avait qualifiés de « musulmans d’apparence ».

Cette sortie illustrait simplement la pensée communément admise dans l’hexagone : un arabe reste un arabe. Et un arabe est forcément musulman. Et un préjugé reste un préjugé.

La société française aime cliver, c’est tellement plus simple, plus hype.

Pour tenter de percevoir et comprendre la complexité d’une communauté prétendument homogène, il faudrait réfléchir, rencontrer des gens, et ça faut pas pousser, pas le temps, et ça rentre pas dans le format des chaines info.

J’avais déjà écrit que je me sentais insulté par cet homme, quand bien même j’assume mon athéisme, qui m’a notamment valu de nombreuses « fatwa » sur les réseaux dits sociaux à l’occasion de mes positions favorables au mariage homosexuel.

Revenons à notre inénarrable imam.

Le problème avec Hassan Chalghoumi est qu’il a quitté la simple sphère religieuse.

Par ses prises de parole successives, il s’est clairement positionné sur le terrain politique, pour le plus grand bonheur de certains médias.

Récemment encore, il a fait le tour de la toile avec une sortie dont il a le secret.

Il a réussi en moins de 3 minute à parler de Mohamed Mérah, de Palestine, de sites internet jihadistes, de haine de la France et du juif…

Il enchaîne les amalgames, et le tout, malgré les apparences, est savamment orchestré.

Comme le fait le CRIF – officine bien connue de notre illustre imam – Hassan Chalghoumi vise à délégitimer tout soutien à la Palestine en laissant entendre que ce dernier mène fatalement au racisme anti-juif.

Un dignitaire musulman responsable aurait commencé par rappeler que Mohamed Merah n’est pas plus musulman que Breivik n’était représentatif des catholiques. Et qu’il ne soutenait pas plus la cause palestinienne que je ne soutenais Copé ou Fillon pour le leadership de l’UMP.

Finalement, Hassan Chalghoumi est le premier importateur de ce qu’on appelle le « conflit Israëlo-Palestinien », dont d’ailleurs il ne peut prétendre connaitre que ce qu’ont bien voulu lui montrer les autorités israéliennes sur place. Un comble.

Il laisse sciemment entendre que tout soutien à la cause palestinienne – cause légitime selon lui – est dicté par une haine dissimulée des juifs et d’Israël.

Pourtant, il est bien placé pour savoir que ceux qui ont massacré à plusieurs reprises les habitants de Gaza n’étaient pas « les juifs » ou « les israéliens », mais bien les dirigeants et l’armée d’Israël.

Ce faisant, il tente d’amalgamer ceux qui masquent leur haine des juifs derrière leur prétendu soutien aux Palestiniens avec ceux qui défendent très justement le peuple de Palestine contre l’occupant israélien, occupation – je le rappelle – illégale au regard du droit international.

Rappelons tout de même, car c’est rarement fait – hélas – que ceux qui détestent les juifs parce-que juifs ont leur pendant du côté…. juif. Notamment avec les néofascistes de la Ligue de Défense Juive et leur relais internet JSS News qui véhiculent un discours nauséabond sur les arabes en général et sur les Palestiniens en particulier.

Hassan Chalghoumi méprise le combat de milliers de personnes qui chaque jour essaient de faire triompher la justice et le droit face aux violations répétées de ce même droit par Israël.

Jamais cet imam autoproclamé ne souligne la responsabilité patente d’Israël, en disant que c’est un problème politique et pas une question entre juifs et musulmans.

Pour toutes ces raisons, Hassan Chalghoumi ne doit plus prendre la parole comme il le fait quotidiennement au noms des musulmans de France, et au final de tous les arabes de France, français ou non, musulmans ou pas.

Les médias doivent cesser de l’inviter systématiquement, au seul motif que c’est un bon client.

On le voit avec Hassan Chalghoumi : un bon client ne suffit pas à faire un bon représentant.

Véronique Genest tourne – encore – un navet : Julie Lescroc et l’ultradroite sioniste

Sacrée Véronique ! Toujours là où on l’attend. Toujours dans des trucs minables, avec du prêt à penser, des présupposés, des clichés, des préjugés, bref tout sauf de l’orginalité.

Depuis Julie Lescaut, elle s’est recyclée en Julie Lescroc. En gros, cette femme, dans son intégralité est une arnaque.

Son crédo, c’est les musulmans-islamo-islamistes-politico-religieux-charia etc..

Pour elle, grande beauf devant l’éternel, l’islam est la plus grande menace dans le monde, plus que l’effet de serre, ou la coupe de cheveux de BHL.

Pour elle, les arabos-musulmans sont incompatibles avec la démocratie. D’un coup, je me demande ce que je fous là, à écrire sur un blog, alors que je pourrais tranquillement faire comme tous les musulmans, aller à la mosquée et une fois rentré, taper ma femme, pardon, mes femmes et surtout couper des mains et des jambes à celles et ceux qui ne se tiendraient pas assez au Coran.

On l’a entendue déverser sa bile à l’encontre de la communauté musulmane. Elle a sciemment insulté des millions de musulmans, français ou non. Ce faisant elle a servi la cause de la droite et de l’extrême droite. Rien d’étonnant pour celle qui avait ouvertement soutenu Nicolas Sarkozy, très connu pour son islamophilie, et sa xénophilie.

Récemment, je vous annonçais que Véronique Genest était devenue l’ambassadrice du CRIF.

Elle a avoué son coup de coeur pour Israël. Cet Etat insoupçonnable, et pour le coup, insoupçonné.

Cette promotion au sein du CRIF lui est montée à la tête. Elle a décidé de faire son coming-out ultrasioniste.

Du même coup, elle révèle sa haine des arabes, et plus particulièrement des Palestiniens. Ben oui, ça va avec, une sorte de pack.

La Richard Prasquier Attitude, en somme.

Julie Lescroc a décidé de se lancer en politique. Quoi de mieux quand on est facho et réac que de choisir de suppléer un autre facho et réac ?

Le gars en question se prénomme Jonathan-Simon Sellem et dirige le site d’information Jss News.

Enfin, site de désinformation, car en réalité il relaie fidèlement, un peu comme le CRIF, la propagande israélienne en France.

Un site qui en parlant de la Palestine, parle de « Territoires disputés », alors que ce sont des territoires occupés. Un site qui parlera de Judée Samarie, nom biblique repris par les fans du grand Israël, et non de Cisjordanie, comme le font la plus grande majorité des pays et tous ceux qui respectent le droit international.

Un site, qui dans ses rubriques distingue les pays du Nord sous le nom « Occident » et le monde arabe sous « monde islamique ».

Un site qui à propos de Stéphane Hessel publiait un article disant qu’il « puait le mort ».

Un site, qui comme le font tous les ultrasionistes vise à faire taire toute critique contre la politique notoirement criminelle d’Israël.

Donc, Julie Lescroc va – encore – jouer un très mauvais rôle, avec un casting pourri et un scénario de merde.

Faut juste qu’elle assume ce qu’elle est, raciste et islamophobe troisième dan.

Le truc avec elle, c’est qu’elle est encore capable de faire pire.

Prochain épisode : Julie Lescroc se balade en Palestine à bord d’un tank de l’armée israélienne.

 

 

Le CRIF et Stéphane HESSEL : l’édito de la honte

Hier s’est éteint Stéphane Hessel. Résistant, militant infatigable contres toutes les injustices, tout le monde lui a rendu hommage. Un hommage plus ou moins sincère par ailleurs.

Enfin presque tout le monde.

Commençons par le plus futile. Guillaume Peltier, qui excelle dans le retournement de veste, a eu un mot sympa envers Stéphane Hessel, un mot qui appelait une réponse, facile, j’en conviens.

L’autre prise de position est bien plus grave et donne clairement la nausée.

Encore une fois, il s’agit du CRIF. Vous ne connaissez pas ? Dieu vous en préserve.

Pour résumer, le CRIF est mandaté par l’Etat d’Israël pour distiller la propagande de la force d’occupation. Une de ses missions, et pas des moindres, est de faire taire toute critique d’Israël, fusse-t-elle timorée, en la faisant passer pour de l’antisémitisme. Le  CRIF, année après année, est devenu une annexe de l’Etat d’Israël en France.

Théo Klein, ancien Président du CRIF doit avoir la même nausée quand il voit ce qu’est devenue l’organisation qu’il a dirigée.

Une des missions donc, vise à délégitimer toute critique d’Israël en vue de les faire taire.

La recette est simple voire simpliste. : critique de la politique d’Israël = critique des juifs = antisémitisme. Circulez….

Pour parfaire sa mission, le CRIF va se concentrer sur les musulmans, ennemis jurés d’Israël par définition du CRIF.

Mais pas le musulman lambda, car il est trop sympa, mais le musulman dit intégriste, l’islamisme selon Véronique Genest en quelque sorte, ou selon Caroline Fourest, ça marche aussi.

Aussi, le CRIF poste régulièrement des articles dénonçant les agissements de musulmans…. en Afrique…

Le CRIF ne parle des musulmans que lorsqu’ils se revendiquent du salafisme. Sinon, ça buzz moins.

Je me dois d’être honnête, il les aime aussi quand ils sont alignés à 100 % sur la politique israélienne. Ainsi, comme je le rappelais il y a peu, Hassan Chalghoumi, le comique troupier de l’Islam de France, sirotait-il un thé à Tel Aviv pendant que des femmes, hommes et enfants étaient assassinés par Israël à Gaza.

Petite précision aux lecteurs, j’utilise le mot judéophobie pour parler de la haine des juifs, ces derniers n’ayant pas le monopole du ‘sémite’, et devant le partager avec leurs cousins arabes.

Richard Prasquier ne peut contenir sa haine des arabes et celle des Palestiniens en particulier. Elle est viscérale. Elle est pourtant dangereuse, car véhiculée par un président d’organisation qui revendique représenter TOUS les juifs de France. Il dit parler en leur nom, tout en sachant n’en représenter qu’une partie. Supercherie.

Toute personne normalement constituée est régulièrement prise de nausées ou de convulsions en parcourant le site de l’association qui revendique ce soutien de TOUS les juifs de France.

Dernier épisode en date la diffusion sur son site d’un film islamophobe justement dénoncé avant que le CRIF ne daigne le retirer.

Disons le : le CRIF, plus que quiconque, encourage les tensions entre communautés. C’est le CRIF qui importe ‘le conflit’ – Palestine/Israël – en France en prenant systématiquement la défense d’Israël, y compris quand les Palestiniens sont lâchement assassinés par l’armée d’occupation de la plus grande démocratie du moyen-orient.

Le CRIF fait depuis longtemps de la question palestinienne le cœur de ses préoccupations, de ses prises de positions, comme si c’était l’obsession quotidienne de la communauté juive en France !

Sciemment, le CRIF encourage la judéophobie. Il lie l’organisation des juifs de France – et encore par tous- au destinées d’Israël.

Curieuse conception de la République vu que les juifs de France par définition sont Français.

Il alimente la croyance clairement judéophobe qu’on ne saurait critiquer les juifs car ceux-ci seraient partout….

La critique d’Israël est pourtant salutaire, y compris pour les israéliens.

Croyance alimentée par le silence des autorités françaises, par exemple sur les agissements de la milice fasciste qu’est la LDJ qui hier se félicitait du décès de Stéphane Hessel.

Propos que le CRIF n’a évidemment pas condamnés puisque le CRIF soutient la LDJ.

Je vous le disais, le CRIF a fusionné avec l’ambassade d’Israël en France.

Pour en revenir à Stéphane Hessel, l‘éditorial que lui consacre le CRIF est un pur scandale. Une ignominie dont Prasquier et ses collaborateurs – d’extrême droite? – ont le secret. Ce texte est clairement     une provocation et une insulte à la mémoire de ce grand homme qui avait le défaut de prendre position contre l’occupation, pour un Etat de Palestine, conformément au Droit international sur lequel s’assoient Prasquier et ses sbires.

Quelle organisation dite représentative des juifs de France peut à ce point cracher sur un homme qui fut un grand résistant et déporté lui-même  ?

Prasquier représente la fraction la plus droitière des juifs de France, et elle est minoritaire. Il tente de la présenter comme un fait majoritaire.

Il fait payer à Stéphane Hessel ses engagements à contre-courant de l’idéologie guerrière et criminelle de l’establishment israélien.

Il est certain que tous les juifs de France n’adhèrent pas à cet immonde éditorial qui plus que la haine suinte en réalité le dégoût qu’inspirent au CRIF toutes celles et ceux qui osent penser différemment, et qui ne prennent pas leurs consignes à Tel Aviv.

On le sait, le CRIF ne veut pas d’Etat palestinien.

Pourtant, sans justice, pas de paix.

Pour empêcher ce qui serait pour le CRIF une catastrophe, le discours vise aussi à rendre les Palestiniens responsables de leur condition. Ce discours est inlassablement matraqué pour mieux dédouaner Israël de ses responsabilités : colonies occupation illégitime expulsions ….

Finalement la haine et le dégoût exprimés à l’égard de Stéphane Hessel démontrent seulement que le CRIF est aussi représentatif des juifs de France que peut l’être – au hasard –  Chalghoumi des musulmans de France.

Je m’attends à ce qu’on me traite de judéophobe ou d’antisémite parce que je crache volontiers sur le CRIF et Prasquier, ce que j’assume.

Cela ne me pose aucun problème on m’a bien traité d’islamophobe quand j’ai osé critiqué le régime oligarchique, totalitaire et corrompu du Qatar.

Une imposture peut en cacher une autre.

Enfin j’ai envoyé des bisous à Richard Prasquier, des bisous énervés, mais des bisous quand même.

 

Chalghoumi et Pujadas écrivent un livre, je tiens la chandelle

Quand Métro  (lire pages 6/7)  m’a demandé de réagir au livre « écrit » par Chalghoumi, j’ai pas hésité une seconde, j’avais très envie de rire.

En fait, j’ai pas rigolé. Ce mec est dangereux, c’est le premier imam de droite de la République.

Le type est certifié conforme avec l’islamophobie républicaine.

Le gars, donc, est compatible avec des Ministres aussi souples que Valls, Hortefeux et Guéant.

Le mec a applaudi des deux mains la loi contre la burqa, loi voulue et votée par la droite la plus réactionnaire et raciste, avec à l’époque un député PCF qui n’avait rien de communiste.

Ce boloss admet même avoir décidé lui même de ne pas faire de minaret, pour que l’islam se fasse ‘discret’. Je vote pour des églises sans clochers, on va se marrer.

Ce lourdingue est de droite, avec un discours infantilisant et stigmatisant envers les parents, qui seraient uniques responsables des dérives de certains jeunes et moins jeunes.

C’est un argument de droite visant à cacher la faillite de l’Etat et l’abandon des quartiers populaires par les institutions.

Ce post permet aussi de rappeler qu’on peut naître musulman et arrêter de l’être à tout moment, décider de s’en affranchir, ou pas.

Cet imam autoproclamé est dangereux, car à aucun moment il ne dit que ces fous furieux,  quelque part ne sont pas plus musulmans que je suis juif ou bouddhiste, ils sont dans un ailleurs, c’est du domaine de la psychiatrie. Et que dès lors qu’ils ont décidé de faire le mal, ils ont cessé d’être musulmans.

On se souvient d’ailleurs que Breivik n’a jamais été décrit comme un blanc, chrétien… mais comme un fou, ce qu’il était, tout comme ceux qui disent tuer au nom de l’islam.

Il faut aussi évoquer les liens avec le CRIF, qui tendent à transformer la question palestienne en  problème religieux qui demanderait alors que se développe le dialogue interreligieux…

Forfaiture ! La question palestienne est uniqument politique et Chalghoumi, qui buvait du thé à Tel Aviv pendant que Gaza était bombardé, devrait le savoir.

Enfin, concernant les prières de rue, on ne critique jamais celles de Civitas, ou l’occupation illégale de Saint-Nicolas du Chardonnet…..

Cette fois, je termine. Lorsqu’on dénoncera avec vigueur la milice juive extrémiste qu’est la LDJ qui organise en France des galas de bienfaisance pour l’armée d’occupation israélienne, avec l’absolution du Ministre de l’Intérieur, alors on pourra se mettre au tour de la table et parler égalité.

Les prisonniers palestiniens, nouveaux animaux d’Israël

Plusieurs sources concordantes affirment que des prisonniers palestiniens ont été soignés avec des médicaments réservés aux chiens….

On savait le mépris des autorités israéliennes pour les Palestiniens, mais ces pratiques-là dépassent encore une fois l’insupportable et démontrent à ceux qui en doutaient qu’Israël n’est pas la démocratie qu’elle prétend être.

Pas un mot sur les médias nationaux, pas de condamnation du CRIF ou de BHL.

Lisez plutôt.

Véronique Genest, ambassadrice du CRIF

On connaissait Véronique Genest pour son rôle subtil dans Julie Lescaut sur la chaîne culturelle TF1.

On connaissait aussi Veronique Genest philosophe et spécialiste de l’islam.

Voici Véronique Genest, géopolitologue.

Cette femme est tellement intelligente, que l’espace d’un séjour à Tel-Aviv (et Ramallah ?), elle nous dit enfin la vérité sur ce qu’il se passe entre Israéliens et Palestiniens.

Avouons qu’on avait besoin de ses lumières, parce-que sans elle, comment savoir ? Hein, comment ? Merci donc Véronique pour tous les éclaircissements qui vont suivre.

Interrogée sur le statut de Jérusalem, voici ce qu’elle répond : « Je pense que Jérusalem devrait être une ville internationale qui appartient à tout le monde…  mais il faut la donner aux israéliens car le jour où ce sera entièrement à Israël, le monde entier y sera accepté.  Si ce sont les islamistes qui prennent Jérusalem, personne ne pourra y aller. Donc je préférerais que ce soit Israël qui l’ait…’

C’est pas du haut niveau ça ? Je vous l’avais dit : gé-o-po-li-to-lo-gue !

Israël a annexé Jérusalem, et de fait, Jérusalem est devenue une ville où les discriminations ont explosé, la colonisation aussi. On ne compte plus les maisons palestiniennes spoliées par des colons juifs à Jerusalem Est.

Mais Israël est en effet connu pour accepter tout le monde, à commencer et uniquement si ces personnes sont israéliennes et/ou juives. Véronique Genest le sait, mais comme elle a déjà choisi son créneau -la haine de l’islam- et qu’elle veut pouvoir continuer à venir à Tel Aviv, le « Miami oriental » comme elle aime le décrire, elle préfère mentir et dérouler la propagande israélienne.

Vous remarquerez d’ailleurs le délicieux passage avec d’un côté les « israéliens » et de l’autre les « islamistes » même Benyamin Netanyahou n’a pas osé.

Quand on lui demande si elle a croisé des arabes, elle répond : « Oui, et des barbus… »

Voilà à quoi se résument les arabes pour Véronique Genest, docteur ès civilisations : des barbus….. Donc être barbu fait obligatoirement de vous un musulman islamiste barbare qui considère la femme comme un objet en vous obligeant à manger halal avec les doigts. Quid des barbus juifs orthodoxes ? Ceux-là, à coup sûr trouvent grâce auprès de notre experte en religions.

On lui demande ensuite où est l’apartheid en Israël…

Fidèle à elle-même et à son honnêteté qui n’a d’égal que son intelligence, Véronique Genest répond : ‘Nulle part. Je ne l’ai pas vu. J’ai été dans les souks, j’ai été aux puces, j’ai été partout, tout le monde est mélangé, je ne savais même pas qui était qui. J’ai vu un groupe, je les ai pris pour des hippies, c’était des orthodoxes, magnifiques, beaux, habillés avec une mode… J’ai croisé un barbu avec une djellaba, vraisemblablement un musulman. J’ai entendu l’appel du muezzin à la mosquée, qui est très beau, avec la méditerranée devant… j’ai vu une église et j’ai entendu ses cloches…’

Vous, je sais pas, mais moi j’ai versé une larme. Même si j’ai eu mal au yeux en lisant « j’ai été » au lieu de « je suis allée » mais on peut pas lui demander d’être islamophobe et savoir parler français.

Sinon, c’est vrai quoi, le vivre ensemble en Israël c’est quand même émouvant. Enfin ! On ne nous parle plus du mur de la honte, des colonies, des check-points, des humiliations quotidiennes, des oliviers brûlés et déracinés. Qu’on arrête de stigmatiser Israël ! Ce pays a le droit de maintenir un blocus illégal sur Gaza, de bombarder des civils…

Ils ont le droit, parce-ce que c’est une démocratie, hein Véronique Genest ?

C’est démocratique d’exiger le transfert des Palestiniens, comme le font de hauts responsables israéliens ? Dites-nous, Véronique, éclairez-nous de vos lumières, aspergez-nous de votre génie.

Enfin, comme un cliché ne vient jamais seul, elle est amenée à parler de Ramallah. Elle n’y a encore jamais mis les pieds mais on l’a briefée, et elle répète son texte, comme elle a souvent répété les excellents scénarios de Julie Lescaut : « Ils vivent très bien à Ramallah, ils ont des très belles maisons, des beaux 4×4, c’est un peu comme Tel Aviv, ils vivent un peu comme ici, donc ça ne me fait pas peur d’aller à Ramallah. »

Donc à Ramallah, pas de soucis. Dans toute la Cisjordanie non plus.Tout va bien, les salaires sont versés, les camps de réfugiés sont des hôtels 4 étoiles, et puis les Palestiniens sont libres d’aller et venir.

En somme, les Palestiniens n’ont besoin de rien, s’ils réclament que le droit international soit respecté, c’est juste parce-que ce sont des enfants gâtés.

Mais qu’elle fasse gaffe, y’a quand même des arabes et des barbus à Ramallah.

 

 

Chalghoumi : Canal + se fout de notre gueule

On ne cesse de se poiler devant l’inénarrable Hassan Chalghoumi, l’imam de Drancy, qui, je le rappelle autant que faire se peut, a le niveau de français d’un enfant qui rentre en maternelle.

Donc, tout a été dit ou presque à propos de l’imposture que constitue Chalghoumi pour les musulmans de France.

Ces derniers, dans leur immense majorité, n’ont pas forcément envie que leur porte-parole ait un accent « live from le bled », sans oublier que cet imam, et c’est bien le problème aussi, est estampillé « certifié par le Crif ».

Les médias sont fans de Chalghoumi, parce qu’il n’a pas seulement le niveau de français d’un enfant de deux ans, il en a aussi le QI.

Du coup, on peut se foutre de sa gueule, sans même qu’il le remarque une fois rentré chez lui.

Ce cirque répond à la vague d’islamophobie actuelle en France. Faire passer les musulmans pour de potentiels ennemis de la République va de pair avec le fait de les présenter comme mal éduqués, analphabètes, bref, complètement désintégrés.

Voici l’un des passages du Grand Journal hier, et franchement, on se marre, mais ce type est une honte, une mascarade vivante, ou pluôt vivonte comme il diri loui.

Après ça, on nous demandera de crier Vive la République.