Archive for Service-public

L'agonie du service public postal, prélude à sa privatisation totale

Le syndicat SUD PTT 93 interpelle à juste titre les usagers et les élus sur le sort que réserve l’État – actionnaire unique – à La Poste.

On sait que les activités courrier sont devenues moins rentables et que la commission européenne, donc les pays européens, donc la France, ont ouvert ce secteur juteux aux opérateurs privés au nom de la sacro sainte concurrence libre…

En attendant le service public postal à Saint-Denis et dans les quartiers populaires c’est :

– du courrier non distribué et directement avisé alors que le prix du service facturé à l’usager est le même qu’à Neuilly-sur-Seine.

– des guichets trop souvent vides et des bureaux en sous effectif

– des tentatives de fermeture de bureaux, comme dans le quartier Floréal dont les habitants ont mis en échec la direction libérale de La Poste.

L’État actionnaire réduit les moyens alors que les besoins sont en hausse et que La Poste joue un rôle prépondérant de cohésion sociale dans nos quartiers, notamment en tant qu’établissement financier pour de nombreuses familles populaires.

La Poste doit se recentrer sur ses missions, et cesser son processus de marchandisation. La Poste, La Banque Postale appartiennent au peuple, à tout le peuple.

Je soutiens tous les usagers, agents syndiqués ou non et les élus qui luttent pour le maintien et le développement de ce service public essentiel.

LA GAUCHE A FAIT NAUFRAGE OU AU MOINS BU LA TASSE

Vous le savez, la droite a réussi à faire reconduire le principe d’une délégation de service public pour le SEDIF. Nous allons donc probablement reconduire le contrat avec un prestataire privé, pour au moins dix ans.

Nous aurons milité, jusqu’au bout pour une véritable gestion publique de l’eau, soucieuse d’économie de la ressource, dégagée de tout objectif de rentabilité et permettant l’implication des usagers et des salariés.

Nous continuerons donc, soyez en surs, à mener cette bataille. Nous veillerons à ce que les intérêts des usagers soient pris en compte dans le cadre du futur cahier des charges du délégataire.

Si la droite a voté comme un seul homme pour la ptivatisation de la gestion du SEDIF, la gauche, elle, n’a pas fait le plein de voix. Sur 64 voix potentielles, nous n’avons eu que 54 suffrages de gauche contre la proposition de Santini.

Encore une fois, sur cette question fondamentale; la gauche n’a pas su faire bloc, alors que les déclarations de toutes les sensibilités de gauche laissaient entrevoir le plein des voix.

C’est une bien triste image que l’on donne de la politique et des partis. Pour ces élus de gauche qui ont voté, malgré leurs déclarations, pour la délégation de service public au profit probablement de Véolia, quelles ont été leurs motivations ? Poser la question, c’est souvent donner la réponse……

ON PARLE DE GESTION DE L'EAU A SAINT DENIS

Suite aux différents épisodes mouillant Santini et les autres, la municipalité, après avoir pris position pour une régie directe, organise un débat sur la gestion de l’eau.

Soyez nombreux, donc à

SAINT-DENIS (93) le jeudi 20 novembre 2008

Réunion publique à 20h00 à l’Hôtel de ville

A l’initiative et en présence de Didier Paillard (Maire de Saint-Denis), Patrick Braouezec (député et président de Plaine Commune), Gabriel Amard (Président de la Communauté d’Agglomération des Lacs d’Essonne), Christian Métairie (élu à la ville d’Arcueil et Vice-président de la Communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre).

Contact : Illy.Mannouz@ville-saint-denis.fr       

ON N'A PAS ENCORE TOUT A FAIT PRIS L'EAU

Hier, au SEDIF, le Bureau nous a présenté l’option qui sera soumise au débat et au vote le 11 décembre prochain.

Sur les 12 membres du Bureau, 8 se sont prononcés pour la régie intéressée, donc le status quo avec Véolia. 2 pour la Régie publique et deux autres pour la Régie avec marchés publics.

Un détail qui peut avoir échappé à certains. Jean-Pierre PERNOT, maire MRC, et me demandez pas ce que veut dire MRC, a pris la même position que la droite et Santini.

Sur la position des élus communistes et républicains, quelques uns se sont abstenus, dont moi, car nous pensions que seule la régie publique directe était fidèle aux engagements pris devant les citoyens, mais est aussi une position du PCF, et nous avons aussi rappelé que parler de l’absence de service public national de l’eau pour justifier de mettre en place une régie publique avec marchés publics nous semblait injustifié.

Hier, au conseil municipal de Saint-Denis, nous avons présenté un rapport donnant mandat pour voter pour la régie publique, donc contre la délégation de service public.

Ce mandat a été voté à l’unanimité des présents.

Je vous donne à lire l’intervention que j’ai faite hier. Et vous donne rendez-vous dans les semaines qui viennent pour de nouvelles aventures aquatiques en compagnie de sa majesté SANTINI.

LA MOBILISATION DOIT CONTINUER

Hier, la moblisation a clairement été un succès. Je suis pas super objectif mais la CGT a mobilisé comme il se devait, respect !

Pas comme le PS dont l’absence était elle assez flagrante…..

Logique, car s’ils gouvernaient, les 41 ans, c’est qui nous les imposeraient….

Mais ne nous leurrons pas, ça ne suffira pas à faire flancher un gouvernement qui dispute l’autisme à la surdité. On va devoir se battre davantage. Mais ma conviction reste que sans un grand mouvement inter-professionnel et un grand blocage, ça va être compliqué…..

La lutte continue, camarades ! Vive la grève !

Quelques photos parce que ca fait plaisir !

22 MAI 2008 RETRAITES

VEOLIA TITUBE. AIDONS LES A SE NOYER

Dépuis le 15 mai on peut bien dire que les choses ont changé. Le relatif consensus qui a jusque là accompagné la gestion du SEDIF a semble-t-il vécu.

Dans 20 minutes ce matin on lit que Santini pense déraisonnable de vouloir gérer l’eau sous forme de régie publique autonome.

C’est sans doute plus raisonnable de privatiser son service du personnel…

Et pourquoi il laisserait pas les élus et les citoyens choisir ce qui est ou non raisonnable.

Moi ça me fait c**** de savoir que Véolia se fait de l’argent sur la distribution de l’eau.

Sur le site du SEDIF, on se croirait chez IKEA ou BUT ou encore chez Carrefour.

On parle de "clientèle" de "ventes d’eau", là où on revendique d’être des usagers et de ne faire aucun profit privé sur ce bien commun essentiel.

Les semaines à venir vont amener les uns et les autres à prendre position. La bourse s’affolle, comme l’a si bien rappelé Marc LAIME sur son blog .

Ce qui est sûr, c’est qu’on lâchera pas le morceau, comme je m’y suis engagé avec d’autres, à travers les engagements électoraux. Et comme j’aime pas les promesses en l’air…..

Décidemment même quand il s'agit de parler d'eau SEDIF-ficile d'y voir clair…

En effet, aujourd’hui, bien malin celui qui saurait dire ce qui sortira de la séance du 15 mai qui installera le nouveau bureau syndical, élira le Président et donc mènera la barque SEDIF jusqu’à l’échéance du contrat en 2010. Car c’est bien l’enjeu, de qui présidera aux destinées du SEDIF, dépendra le futur mode de gestion qui sera choisi. Même si seuls les intérêts des franciliens, usagers du SEDIF devraient rentrer en ligne de compte, d’autres paramètres vont s’inviter dans les discussions. Les querelles de pouvoir d’abord, avec les options et stratégies que prendront les dirigeants sortants du SEDIF, M. SANTINI en tête. Je considère pour ma part, que le Bureau sortant, dans sa globalité, est comptable de la gestion passée du SEDIF, à savoir : manque de transparence, surfacturation du service, non-participation citoyenne des usagers…. Si nous voulons tourner la page SANTINI, on doit aussi faire table rase de tout le chapitre, que dis-je, du livre dans son entier… SANTINI, sous-Ministre de SARKOZY serait d’ailleurs bien inspiré d’appliquer la recette du non-cumul, Député, Maire, Président du comité de Bassin Seine Normandie…….

Un retour d’un quelconque membre du Bureau sortant dans l’exécutif signifierait une continuité de la gestion conduite pendant près de 25 ans, et non une rupture et une volonté de changement, que ce soit dans la gouvernance du SEDIF, en associant pleinement les élus et les usagers, mais aussi dans son fonctionnement avec l’optique de ne pas renouveler la délégation de service public à Véolia.

Véolia, justement, ne renoncera pas si facilement à ce juteux contrat, on parle du tiers de son chiffre d’affaire en France, pas mal non ? Surtout que si le PS tient ses promesses dans la capitale, Véolia aura perdu un an avant le contrat de distribution avec Paris (partagé avec Suez)… Une vitrine qui risque de voler en éclats et qui pourrait aider à ce que le SEDIF fasse de même et envisage dès lors des coopérations avec Paris, à l’échelle francilienne.

Reste maintenant à savoir comment se positionneront les élus qui depuis des années mènent le combat pour une gestion publique de l’eau.
Reste maintenant à savoir si l’intérêt des usagers, à savoir un service au coût réel, l’emportera sur tout autre considération.

Reste maintenant à savoir si l’eau, ce bien commun de l’Humanité sera retiré des griffes des multinationales qui considèrent l’eau comme un bien économique lambda. Des multinationales comme Vivendi, qui grâce à l’eau (Véolia), ont pu se diversifier, notamment dans la téléphonie mobile, internet, etc… et devinez au détriment de qui…

Reste vraiment à savoir si les engagements pris seront tenus, et si un poste par-ci ou un poste par-là n’aura pas raison des convictions affichées des uns et des autres.

Pour ma part, je resterai fidèle aux engagements que j’ai pris avant d’être élu, et je ne voterai pas pour un scénario contraire à mes convictions.

CA COULE ENCORE !

Ci après un article trouvé sur bakchich.info encore une fois sur le SEDIF.

Autant vous dire que la séance d’installation des nouveaux conseillers du SEDIF, dont je suis, risque d’être fort animée, et c’est une bonne chose. Santini était beaucoup trop tranquille à la tête de ce syndicat intercommual, et puis, il est déjà député-maire, et sous ministre, la logique voudrait qu’il passe la main non ? Si en plus il pouvait passer la main à gauche…….

"Contre la cherté de l’eau, cinq maires de gauche d’Ile-de-France écrivent à leurs pairs du Sedif (syndicat des eaux de la région) pour les inciter à revenir à une « gestion publique » de l’eau, déléguée jusqu’en 2010 au groupe privé Veolia. Guérilla en perspective…

Le prix de l’eau en Ile-de-France reste dans le collimateur d’une poignée de maires de gauche. Selon une enquête de l’association UFC Que Choisir, le groupe privé Veolia profiterait d’une marge de 61,2 % sur chaque mètre cube d’eau facturé aux 4 millions d’usagers de la petite couronne. Cela en ferait l’une des eaux les plus chères de l’Hexagone. Une affirmation démentie par la multinationale. Celle-ci bénéficie néanmoins d’un contrat de délégation de services publics, qui a toujours été renouvelé depuis 1923, conclu avec le Syndicat des eaux d’Ile-de-France (Sedif), présidé par le maire d’Issy-les-Moulineaux André Santini, qui regroupe les 146 communes de la petite couronne.

Au lendemain des municipales, ces communes renouvellent leurs délégués au sein du Sedif. Ceux-ci devront élire en mai prochain le président de cet organisme. La désignation de ces délégués revêt un caractère d’autant plus stratégique qu’ils devront se prononcer sur l’avenir du contrat liant le Sedif à Veolia, dont l’échéance arrive en 2010.

Plusieurs maires, dont Christian Méthairie (Val de Bièvre), François Lamy (Palaiseau), Patrick Braouzec (Plaine Commune), Dominique Voynet (Montreuil) et Philippe Kaltenbach (Clamart) ont donc choisi d’écrire, le 22 mars dernier, aux 146 maires concernés pour qu’ils saisissent « une occasion historique de basculer vers une gestion publique de l’eau ». Rien que ça ! Pour les mutins du Sedif, les maires d’Ile-de-France doivent « s’assurer que les délégués aient bien le mandat de travailler au sein du Sedif pour que celui-ci reprenne en régie publique la gestion de l’eau ».

Des conjurés n’en sont pas à leur coup d’essai, mais ils n’ont jamais réussi a faire bouger le rapport de force au sein du Sedif. Cette fois, les récidivistes s’appuient sur la volonté affichée de la mairie de Paris (Delanöe avait évoqué le sujet) de revenir à une gestion publique de l’eau et font miroiter, dans cette perspective, la mutualisation de la gestion de l’eau pour 8 millions d’usagers. Des arguments de poids qui préludent à de belles bagarres dans les tuyaux du Sedif !"

LA LIGNE 13 EN COLERE

Voici le quotidien du bétail transporté par la RATP sur la ligne 13. C’est tout sauf un métro. Rarement, l’on peut s’y asseoir, lire un livre, ou même dormir, ou ne serait-ce que bouger… On en veut à l’Etat et à la RATP car ce n’est qu’une question de moyens, et pendant qu’ils rénovent les lignes qui passent dans les beaux quartiers, pendant des centaines de milliers d’euros vont encore être investis dans la ligne 1, là ou crèche notre président, notamment; eh ben les gueux des quartiers populaires peuvent encore attendre. On ne compte pas le nombre de fois où la RATP ont promis et donc pris les usagers pour des cons. Si je suis énervé ? Mais non voyons, aucune raison….

AU BOUT L'EAU

Plusieurs élus d’Ile-de-France, appellent les maires nouvellement élus, à désigner au SEDIF (syndicat des eaux d’Ile de France) des conseillers qui veilleront concrètement à ce que la gestion de l’eau ne soit plus déléguée à Véolia.

Une bonne nouvelle, quand on sait que le contrat arrive à échéance en 2010 et que nous avons tous à y gagner. Vive la gestion publique. Ci-après, le courrier en question.

Read more