Israël développe sans relâche les colonies juives de Cisjordanie

Ci-après une dépêche relatant l’enthousiasme avec lequel Israel multiplie les colonies en Cisjordanie, colonies illégales au regard du droit international et dont le gel est une des conditions à l’établissement du paix et d’un Etat palestinien durable.

C’était notre rubrique : Israël s’engage pour la paix

JERUSALEM, March (Reuters) – Israël poursuit sans relâche l’extension d’une centaine de colonies implantées en Cisjordanie occupée, souligne le mouvement israélien La Paix maintenant dans un rapport publié à l’occasion de la visite dans la région de la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice.

Le document de l’organisation pacifiste ne dévoile que peu d’informations nouvelles, mais présente cette activité soutenue de colonisation comme un "camouflet" pour les efforts américains en vu d’amener Israël et l’Autorité palestinienne à conclure un traité de paix avant la fin de l’année.

Rice achevait lundi une nouvelle tournée de trois jours au Proche-Orient en réunissant les négociateurs des deux camps pour tenter de les faire progresser vers cet accord dont le président George Bush souhaite qu’il "définisse un Etat palestinien aux contours clairement établis".

Lancés en novembre 2007 à la conférence d’Annapolis, ces pourparlers directs s’avèrent d’autant plus laborieux que les violences et les activités de colonisation se poursuivent en dépit des obligations des deux parties au regard de la "feuille de route" pour la paix de 2003.

Rice "tâte le terrain" auprès du Premier ministre israélien Ehud Olmert, qu’elle a rencontré lundi à Jérusalem, et du président palestinien Mahmoud Abbas, qu’elle a revu dans la journée à Amman, pour voir si un accord "intérimaire" pourrait être conclu d’ici la seconde visite de Bush dans la région, en mai.

NOUVEAUX PROJETS À JÉRUSALEM

Selon La Paix maintenant, au moins un demi-millier de nouveaux logements sont en construction dans une centaine de colonies de Cisjordanie occupée en dépit de l’obligation de suspendre toute activité de colonisation imposée par la feuille de route, dont la validité a été réaffirmée à Annapolis.

Israël a annoncé cette année son intention de construire des centaines de logements pour les Juifs dans la partie orientale et arabe de Jérusalem et à sa périphérie, contre seulement deux appels d’offre pour une quarantaine d’habitats l’an dernier.

Bravant l’hostilité de Washington, Olmert a affirmé, pas plus tard que la semaine dernière, qu’Israël ne renoncerait pas à construire dans les zones de Jérusalem et de ses environs annexées en 1967.

Les Palestiniens considèrent qu’Israël tente ainsi de couper la Cisjordanie de la partie orientale de la ville sainte qu’ils revendiquent comme la capitale de leur futur Etat.

Le gouvernement Olmert a assuré lundi n’être "pas au courant" du projet de la municipalité de Jérusalem – annoncé quelques instants plus tôt – de construire 600 nouveaux logements sur une zone industrielle de l’implantation de Pisgat Zeev.

Ce projet, sur un territoire qu’Israël considère comme faisant partie de sa "capitale réunifiée" et indivisible, doit être approuvé le ministère de l’Intérieur.

Mais un porte-parole de la municipalité a déclaré ne pas croire que le gouvernement s’y opposera "au vu de la déclaration du Premier ministre sur la poursuite des constructions dans les faubourgs de Jérusalem".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *