PROCTER ET GAMBLE ET SA MARQUE PAMPERS FONT DANS LE CHARITY MARKTING BUSINESS CULPABILISATEUR. A VOMIR

On ne compte plus les campagnes de pub des grandes multinationales qui pour se refaire une virginité et faire oublier que leurs patrons sont des goinfres, ou encore que leurs, produits resteront inaccessibles à toute une population, ou encore qu’elles contribuent au pillage des pays dits pauvres….
La dernière en date, surfe sur le caractère vital des vaccins. En effet, qui refuserait de donner l’accès aux vaccins élémentaires aux bébés des pays en voie de développement ?

Pour permettre l’accès à la santé pour tous il y a des moyens, certains Etats assurent l’accès à la santé pour tous (France, Vénézuela, Cuba). D’autres estiment que c’est un luxe et que chacun doit se démerder, comme chez l’Oncle Sam.

Dans les pays pauvres peu solvables financièrement et pour la plupart corrompus avec la bénédication de nos gouvernants, il est rare de voir la population accéder aux soins de base, malgré le boulot des ONG.

C’est là que le CAC 40 intervient. Pour doper leurs ventes dans les pays du Nord, ils proposent, pour chaque paquet acheté, de fournir de quoi vacciner des enfants contre le tétanos. A première vue, cool. Sauf que derrière, on dédouane les gouvernements et les labos qui doivent fournir, solvables ou pas des soins pour tous.

Procter et Gamble surfe sur la misère du monde pour se racheter une conscience et booster ses ventes. C’est le prix à payer pour des consommateurs qui eux aussi se diront que c’est une noble cause que de faire grimper l’action Procter et Gamble en bourse.

La santé n’est pas une marchandise, c’est ce qu’on défend pour une partie. Mais certains s’en tapent et sont prêts à tout pour profiter des plus faibles et du même coup nous prendre pour des cons.

Il faut donc nationaliser les labos, et taxer ces entreprises afin de fournir des vaccins à tous ceux qui en ont besoin. Et interdire ces pubs scandaleuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *