Quand des élus PCF glorifient Israël et Ben Gourion alors que le PCF dénonce Israël et Ben Gourion

Les positions du PCF, que je viens de quitter, ont toujours répondu à mes convictions les profondes, à savoir qu’Israël est un État criminel qui occupe un peuple abandonné de tous à la barbarie militaire.

Le PCF a donc toujours condamné Israël et pris fait et cause pour les aspirations légitimes du peuple palestinien.

Mais récemment certains élus semblent avoir perdu la mémoire, et ont décidé, à Paris, de voter avec le PS – qui a de plus en plus de mal à cacher son amour indéfectible à l’État hébreu colonial – une délibération attribuant à une rue de la capitale, le doux nom de David Ben Gourion.

Oui cet être délicat, homme de paix à en juger ses propos, que d’autres ont déjà rappelé :

En mai 1948, il n’hésitait pas à annoncer : "Nous devrions nous préparer à lancer l’offensive. Notre but est d’écraser le Liban, la Transjordanie Jordanie) et la Syrie. Le point faible c’est le Liban, car le régime musulman y est artificiel et il nous sera facile de le miner. Nous y établirons un État chrétien, puis nous écraserons la Légion Arabe, nous éliminerons la Transjordanie (Jordanie) ; la Syrie tombera entre nos mains. Nous bombardons alors et avancerons pour prendre Port-Saïd, Alexandrie et le Sinaï."

Cet homme que la Mairie de Paris veut honorer, avec la complicité des élus communistes, était dénué de sens moral au point de déclarer : "Si je savais qu’il est possible de sauver tous les enfants d’Allemagne en les emmenant en Angleterre, et seulement la moitié en les transférant sur la terre d’Israël, je choisirais la dernière solution parce que, devant nous, il n’y a pas que le nombre de ces enfants mais le devenir historique du peuple d’Israël." 

Cette position est en complet décalage avec le soutien affirmé de longue date par le PCF, et avec le travail important réalisé par les militants et élus communistes sur le terrain et quand ils se déplacent en Palestine et en Israël, notamment pour sceller des coopérations avec des camps ou des villes palestiniens.

Ce message va logiquement être perçu comme une faute politique majeure, qui fait le bonheur des ultrasionistes parisiens comme Goasguen.

Le plus étrange est que le PCF, sa direction, semble ignorer que les élus communistes ont voté cette délibération honteuse.

Dans Libé de ce jour, on peut lire que un communiqué du PCF disant "il est inacceptable que la ville de Paris puisse ainsi apporté (….) une légitimation à la politique d’Israël".

Le souci c’est que cette délibération, votée en 2008, fait état de beaucoup plus de retenue, jugez vous-mêmes l’intervention du président des élus communistes ce jour-là :

Cette délibération est pour le Conseil de Paris l’occasion de commémorer le soixantième anniversaire de la création de l’Etat d’Israël.

En souhaitant attribuer à l’un de ses espaces la dénomination promenade David Ben Gourion, la Ville de Paris honore un homme autant qu’une histoire.

"Le groupe communiste comprend bien évidemment le sens de cette proposition qui inscrit l’Etat d’Israël au cœur de notre Ville.

Néanmoins, cette dénomination est un geste fort parce que symbolique, l’histoire complexe de cette région du monde n’est pas seulement celle d’un homme, alors que ces dernières années témoignent d’un combat permanent et douloureux pour la paix. Nous aurions aimé que la Ville de Paris aille au bout de son geste et dise aussi son souhait de paix. Nous aurions voulu qu’elle rappelle symboliquement le droit et le combat des Palestiniens qui luttent eux aussi pour un Etat.

Dans l’inexistence de cet Etat, des hommes et des femmes connaissent des souffrances ininterrompues, c’est pourquoi nous renouvelons la proposition que nous avions déjà faite d’un espace dédié à Monsieur Yasser Arafat tout comme il en existe un pour Monsieur Yitzhak Rabin.

Ici encore nous ne sommes pas allés au bout de notre geste. Ces deux hommes ont reçu le Prix Nobel ensemble en 1994 et il est dommage que 14 ans après la Ville de Paris ne les ait pas encore réunis.

C’est la raison pour laquelle, tout en votant cette délibération le groupe communiste souhaite exprimer cette préoccupation."

Je crois que tout est dit… Les camarades ont voté une proposition inique. Ils ont ainsi soutenu le PS qui leur a bien rendu en refusant de voter une motion de soutien à Salah HAMOURI il y a quelques semaines.

Pathétique.

2 comments

  1. stellio dit :

    sauf qu il ne faut pas oublier le role des communites dans l odyssee de l exodus a port de bouc.ne pas oublier le role de l URSS premier pays a reconnaitre israel et la fourniture d armement par la tchecoslovaquie.j

  2. Ben dit :

    Mémoire courte je sais pas, mais de votre côté on peut parler de mémoire sélective. Sachez premièrement, que Ben Gourion malgré ce qu’il a pu dire, est celui qui a su redonner au peuple juif sa souveraineté. A t-il commis des crimes? Bien sûr. Mais ce cher Gamal Abdel Nasser qui fait figure de Che Guevara du monde arabe a chassé les Juifs d’Egypte en 56, en représailles à l’invasion israélienne, nié sa vie entière la shoah (la qualifiant plutôt de propagande sioniste) et last but not least, accueilli des centaines de criminels de guerre nazis dans les années 50 et 60 qui fuyaient la justice ouest-allemande. Évidemment, pour ce qui est d’une place Nasser dans Paris, vous seriez sûrement pour. Écoutez, je ne cherche pas à être cynique, mais j’en ai mare du manichéisme. S’il faut criminaliser Israel pour l’expulsion des Palestiniens en 48, pourquoi ne pas en faire autant avec les pays arabes qui s’en sont pris à leurs minorités juives. Et si ce sont les origines coloniales d’Israel qui vous gênent, pourquoi dans ce cas ne qualifiez -vous pas non plus le Québec de colonie criminelle. Les Amérindiens y ont été dépossédé de manière bien plus destructrice que les Palestiniens… pathétique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *