Création d'une nouvelle fondation politique à gauche, Terra Nova

Aves des Peter Mandelson Javier Solana Anthony Giddens mentor politique de Tony Blair, la gauche européenne et la gauche française est sauvée. Après VALLS qui a honte d’être socialiste, voilà un groupe qui fait mine de réfléchir. L’UMPS peut dormir tranquille. Surtout que la fondation a donné de sérieux gages d’ancrage à gauche qui vont faire frémir le CAC 40… Tenez vous bien, le budget de 1 million d’euros provient des adhérents de la fondation.. Non j’déconne, c’est à 80 % des dons d’entreprises parmi lesquelles Microsoft, Publicis, reste à savoir combien donnent Nike, TF1 et Bolloré…..Cette gauche là mérite vraiment une bonne droite….


Création d’une nouvelle fondation politique à gauche, Terra Nova Plus de cent intellectuels de gauche et de centre gauche ont lancé une fondation, Terra Nova, pour promouvoir "la rénovation de la +matrice idéologique+ de la gauche" avec des moyens très importants et l’ambition de rivaliser avec les meilleurs "think tanks" européens et américains. "L’idée de base est que, si la gauche peine à produire des idées, c’est parce qu’il n’y a pas de lieu pour le faire", affirme le président de Terra Nova, Olivier Ferrand, 38 ans, proche de Dominique Strauss-Kahn et élu PS. Selon un communiqué publié lundi, l’objet de Terra Nova consiste à "produire et diffuser des propositions de politiques publiques" progressistes, dans une démarche "fédératrice". "Nos travaux sont destinés à alimenter tous les courants, tous les leaders" de la gauche, insiste M. Ferrand. Indépendante des partis politiques, Terra Nova est dotée d’un budget de 1 million d’euros, apporté à 80% par le mécénat d’entreprise. Parmi les mécènes figurent Microsoft et Publicis. Les initiateurs du projet le présentent comme "une première en France", notamment de par "un réseau intellectuel unique par sa qualité, sa densité, son ouverture internationale". Au sein de la direction, on relève les noms de l’économiste Eric Maurin, directeur scientifique de Terra Nova, et du rédacteur en chef de la revue Esprit, Marc-Olivier Padis, directeur éditorial. Son conseil scientifique comprend, à l’international, les commissaires européens Peter Mandelson et Javier Solana, ou le mentor politique de Tony Blair, Anthony Giddens. Côté français se côtoient les économistes Philippe Aghion, Daniel Cohen ou Jean Pisani-Ferry, l’historien Jean-Pierre Azéma, la sociologue Dominique Méda, etc. Parmi les représentants de la "société civile" figurent Denis Olivennes, Pdg de la FNAC, Jean Peyrelevade (bayrouïste), Bernard Spitz, fondateur des Gracques (qui avaient appelé à une alliance Royal-Bayrou avant le 1er tour de la présidentielle de 2007), Jean-Pierre Mignard, président de Désirs d’avenir, et quelques syndicalistes. Terra Nova (site internet: www.tnova.fr) fera appel à un "cabinet d’experts" de 250 personnalités qualifiées. Sous le statut qu’elle sollicite de fondation reconnue d’utilité publique, elle "ambitionne de devenir l’équivalent français de Policy Network (Royaume-Uni)" ou encore "l’Institut Montaigne de gauche". A gauche existent deux structures – moins ambitieuses selon M. Ferrand -, la Fondation Jean Jaurès, présidée par Pierre Mauroy, et La Forge, créée en juillet dernier par l’eurodéputé Benoît Hamon. Terra Nova a mis en place un groupe de travail pour étudier l’idée d’une primaire pour désigner un candidat commun de la gauche à la prochaine présidentielle. Deux notes sont déjà disponibles, sur le projet gouvernemental d’ouverture partielle des jeux à la concurrence, et sur la révision constitutionnelle et les droits de l’opposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *